mercredi 23 février 2011

Courrier des lecteurs : des ouvrages de références sur les éditeurs et les éditions de curiosa.


Page de titre de "Bibliographie des principaux ouvrages relatifs à l'amour, aux femmes, au mariage indiquant les auteurs de ces ouvrages, leurs éditions, leur valeur et les prohibitions ou condamnations dont certains d'entre eux ont été l'objet." Par M. le C. d'I***.
Paris, Chez Jules Gay, éditeur, quai des Augustins, 25, 1861.
Paris, Typographie de Ad. R. Lainé, rue Jacob, 56.

1 volume in-8 de VIII-150-(1) pages. Broché sous couverture muette de papier vert.
Premier essai de la Bibliographie de J. Gay dont l'édition la plus complète sera publiée en 1894-1900, en 4 volumes in-8. [mention manuscrite sur la couverture : 8 f.] Cette première édition de 1861 aurait été imprimée à seulement 500 exemplaires selon Vicaire II, 603.
Collection privée B. H-R.



Courrier des lecteurs. Je ne doute pas que vous serez nombreux à pouvoir indiquer votre science en la matière à notre ami-lecteur Roger qui nous pose la question suivante :

"Bonjour, Je me permets de vous contacter pour savoir si il vou sserait possible de me dire si il existe des ouvrages de références sur les éditeurs et les éditions de curiosa ? Avec mes remerciements Roger. Un fidèle lecteur de votre blog"


Page de titre de Bibliographie clérico-galante. Ouvrages galants ou singuliers sur l'amour, les femmes, le mariage, le théâtre, etc. Ecrits par des Abbés, Prêtres, Chanoines, Religieux, Religieuses, Evêques, Archevêques, Cardinaux et Papes, par l'apôtre bibliographe (A. Laporte).

Paris, M.-A. Laporte, Libraire-Bouquiniste, 43ter, rue des Saints-Pères, 43ter, 1879.
1 volume in-8 de XXVIII-178 pages.
Ce volume sort des presses de Paul Schmidt, rue Perronet, 5.
Broché, couverture imprimée.
Ce volume se vendait 6 francs (imprimé au dos).
Édition originale tirée à petit nombre et produit de l'érudition du bouquiniste Laporte, farouche ennemi de notre ami Octave Uzanne... on en reparlera bientôt...
Collection privée B. H-R.

Et vous ? Quelles bibliographies relatives aux curiosa utilisez-vous ? anciennes ? modernes ?

A vos claviers !

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

23 commentaires:

Anonyme a dit…

Pia

Raoul Viergerie a dit…

Il faut au minimum : les bibliographies Pia (déjà citée), D...l, P…..u, M....s, les catalogues de vente N…..n et F..r, le DOE, Eros S….t, le catalogue d’exposition L’Enfer de la BN (malgré ses nombreuses erreurs et autres approximations), et bien évidemment le G……n et les trois volumes d’A....e. C’est là le strict minimum vital.

Ensuite on recherchera et apprendra les listings de R..e ou de K…..y, les fameux catalogues de vente S……n (bibliothèque du Vicomte, vendue en plusieurs parties dans un pays voisin dans les années 80), les catalogues L.…r, A…d P…h à Monte Carlo (auquel avait participé l’ancien éditeur clandestin RB), le célèbre catalogue L... L… de 1973 aux USA, les non moins célèbres catalogues S……r à NY, les catalogues de libraires F.L et les deux catalogues privés du libraire D….l, les catalogues furtifs L.. L.. E..s, le catalogue de vente de la collection XXX chez le libraire LC, les catalogues de vente et d’exposition K……..n, etc.

On pourra compléter avec les mémoires du libraire pornocrate N.S, trafiquées mais amusantes à lire.

(Je peux fournir une grande partie des ouvrages mentionnés ci-dessus)

Bien évidemment en fonction de ses propres centres d’intérêts (littérature française ? anglaise ? allemande ? livres illustrés ? lithographies ? clandestin belges du XIXe ? ) il faudra compléter avec beaucoup d’ouvrages plus précis.

Une bibliothèque documentaire un peu sérieuse sur le curiosa rassemblant bibliographie, catalogues, listes de ventes, etc., compte au minimum de 150 à 200 items. Sans compter les doubles ou triples interfoliés que nous avons tous.

A mon sens le Gay et le Laporte n’en font pas vraiment partie car ce sont des ouvrages très généraux répertoriant foultitude de livres qui ne correspondent pas à la définition qu’on doit avoir du Curiosa. Personnellement je m’en suis débarrassé (y compris le Gay-Lemmonyer de 1894 - la seule édition lisible - sur papier de tête).

Raoul.

Bertrand a dit…

outre les deux ouvrages cités dans le billet de présentation de la question, je me sers des ouvrages suivants :

- Dutel Jean-Pierre. Bibliographie des Ouvrages Érotiques publiés clandestinement en français (les 3 volumes, soit : Entre 1650 et 1880 ; Entre 1880 et 1920 ; Entre 1920 et 1970). Ensemble des trois volumes disponnibles consacré par Jean-Pierre Dutel aux Ouvrages Érotiques, somme d'information proprement prodigieuse et encyclopédique, les trois volumes, cartonnés sous jaquette, brossent l'ensemble de la production depuis le 17e siècle jusqu'aux années 70. A mon avis totalement indispensable !

- Pascal Pia, Les livres de l'enfer. Bibliographie des ouvrages érotiques du XVIe siècle à nos jours. Paris, C. Coulet, 1978. 2 vol. in-8, 839 pp ou la réédition moderne de 1998 je crois, en 1 seul volume. J'ai les deux. Il y a des différences.

- Gay. Bibliographie des ouvrages relarifs à l'amour, aux femmes et au mariage et des livres facétieux pantagruélliques, scatologiques, satyriques, etc par M. Le Cte d'I***, complet des 4 tomes. In 8°. Ed. J. Lemonnyer, Gilliet, Paris, 1894 à 1900. Je possède la réimpression Slatkine de 1990 en pleine toile rose. Ca suffit à mon bonheur pour le moment, dans l'attente d'en trouver un exemplaire très bien relié de l'édition ancienne... Biblio plus qu'indispensable.

- le possède les catalogues de la vente Gérard Nordmann chez Christie's et divers autres catalogues curiosa de diverses maisons de vente. A conserver, avec les prix d'adjudications. Ce sont de bons outils.

J'en oublie certainement d'autres...
A vous, chers lecteurs (je n'ose dire chères lectrices sur un sujet si brûlant...), de compléter cette liste par vos bibliographies fétiches (et je pèse mes mots)

B.

Bertrand a dit…

Raoul je suis d'accord avec vous, le Laporte et le Gay sont plus généralistes... mais comme pour ma part j'aime bien les curiosa "légers" aussi, les livres de galanteries, de gauloiseries, etc.... ils me sont bien utiles. D'autant que je suis libraire, donc forcément généraliste sur le sujet.

B.

Textor a dit…

Va pas être facile de retrouver les auteurs de toutes ces bibliographies !! :))
Visiblement l'amateur de curiosa cultive l'anonymat avec constance.
T

Raoul Viergerie a dit…

Aimer les curiosa est un sacerdoce : on se bat en permanence avec des noms incomplets, des pseudonymes, de fausses dates, des lieux inventés.... j'ai voulu rester dans le ton

mais franchement j'ai fait dans le facile là....rien qu'avec les ouvrages qu'il possede déja Bertrand devrait être capable de remplir la plupart des blancs..

Raoul

Raoul Viergerie a dit…

Une précision importante : je n'ai traité ici que de la documentation traitant de ce que les collectionneurs sérieux appellent curiosa. Je n’ai pas évoqué l’importante documentation traitant de la littérature seulement gauloise ou galante, ni même, et là la limite dépendra de chacun, de toute la documentation traitant de la littérature flagellante des années 20 (un domaine sur lequel il y a en ce moment même d’excellentes choses en préparation).

D’autre par, oubli inexplicable et inexcusable, je rajoute dans les livres tout à fait nécessaires à la connaissance du curiosa les quelques ouvrages consacrés au sujet par J…..s D……t et le catalogue du libraire V...n offrant il y a quelques années à la vente les livres du même.

Enfin pour les amateurs de XVIe, XVIIe, XVIII, il y a évidemment le volume de la célébrissime collection P………; par contre les catalogues de la collection M….l S...n, collection illustre s’il en est, sont très décevants au niveau documentaire.

Raoul.

calamar a dit…

collection P... Roger P sans doute.
Mais le reste, ça n'est pas très clair...
LP n'est pas cité, il est secondaire ?
Par ailleurs Pia a publié des anthologies, j'imagine qu'elles ne peuvent pas servir de bibliographies.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pascal Pia, pseudonyme du journaliste Pierre Durand (1903-1979)n'est pas très fiable. Il n'en était pas à un faux littéraire près.Pour ce qui concerne le sujet de ce billet,il attribue en particulier à Cazin de nombreuses éditions dites "érotiques" que l'éditeur rémo-parisien n'a pas pu commander, se contentant de recopier ses prédécesseurs.

Raoul Viergerie a dit…

@Calamar : Bien sur que LP est cité dans ma liste, regardez bien !

@Rhemus : Pia connaissait excessivement bien une certaine période du curiosa puisqu'il en a lui même fabriqué !! et qu'il était en relation avec les autres éditeurs/écrivains/courtiers clandestins de l’époque. Possible qu'il y ait eu des erreurs de sa part concernant le XVIIIe, qu'il n'avait pas exactement connu lui même, mais a part cela il est assez faible.

Allez j’en rajoute quelques-uns pour faire bonne mesure : du coté des anthologies ou histoires littéraires sur le curiosa, il faut évidemment avoir lu celle de P…..t et celle de A………n (un homme formidable que j’ai eu le bonheur de rencontrer chez le Libraire N…..e il y a quelques années). Mais ca, c’est vraiment le BA-BA, avant même d’attaquer les bibliographies sur le sujet.

Il faut aussi le catalogue des livres condamnés de D….l B….t, dans la bonne édition.

Evidemment toujours les 4 numéros de la Revue de la BNF traitant du sujet.

Et si on aime les curiosa « modernes », évidemment le gros dictionnaire de B…...d J…..t.

Raoul.

Raoul Viergerie a dit…

Oups !Concernant Pascal Pia ci-dessus je voulais dire "fiable", pas "faible" !!! Le correcteur automatique m'a joué un tour !

calamar a dit…

mais oui, bien sûr ! P...u ! élémentaire, mon cher W.
Et pour l'anthologie, mea culpa : je voulais dire JJP, et pas Pia.
Et j'ai enfin compris qui se cache derrière M...l S...n.
Quid de A...d D...u ?

Le Bibliophile Rhemus a dit…

lapsus calami révélateur ...

Anonyme a dit…

Bonsoir. Merci pour toutes ces références. Encore une petite question si vous me le permettez. Avez-vous connaissance d'un ouvrage qui traiterait de l'histoire du livre curisosa et de ses principaux éditeurs.

Merci de vos réponses

Roger

Pierre a dit…

Le curiosa se rapproche de l'ésotérisme par son manque de transparence et semble réservé aux initiés si j'en crois les pointillés ou les astéronimes qui cachent l'identité des auteurs dont les noms doivent pourtant être des pseudos.

Une question me taraude, Raoul : Aimer les curiosa est un sacerdoce mais n'oblige quand même pas à la continence ? Pierre ;-))

Raoul Viergerie a dit…

@Pierre : Non rassurez vous, aimer le curiosa n'encourage pas la continence, bien au contraire !

@Roger : oui un ouvrage qui traite de l'histoire du livre curiosa et de ses principaux éditeurs cela existe. je conseillerait de commencer par la lecture de S....e A.........n, vivant et intéressant.

@Calamar : Bien joué !Voici donc trois noms identifiés. Certains autres ne sont pas plus difficiles...

Par contre je sèche là tout de suite sur A...d D...u ; je m'accorde encore un peu de temps avant de demander un indice ; mais s'agit-il bien de curiosa pur et dur ? ?

Raoul

calamar a dit…

A..d a écrit moultes choses, et ce n'est effectivement pas le coeur du sujet, dont notamment le Dictionnaire de la L. V.

Raoul Viergerie a dit…

@Calamar : Oui il y a également le Dictionnaire E... M.... mais pour moi cet auteur a plus produit des livres "presque curiosa" que des ouvrages de références proprement dit (cela dit sa notice sur le T... E.... F... fait partie des indispensables a avoir lu).

Cela dit sa vie est passionante, tout comme celle de coq-mal-perché et autres auteurs / editeurs de la même période : pour moi c'est l'époque en or des clandestins et je collectionne particulièrement cette période là. En plus ce sont généralement des livres soignés à la belle typo et sur de beaux papiers.

Anonyme a dit…

Tous ces points de suspension pour faire du "genre", excusez-moi, c'est assommant! Ce qui fait que je n'ai même pas compris si l'un des intervenants a cité le classique entre tous: "L'Enfer de la Bibliothèque nationale. Icono-bio-bibliographie de tous les ouvrages composant cette célèbre collection", par Guillaume Apollinaire, Fernand Fleuret et Louis Perceau, Mercure de France, 1913.
Yves

Raoul Viergerie a dit…

@Anonyme : personnellement je n’avais pas cité L’Enfer de 1913 ou 1919 (réédité en 2002) dans les essentiels car le Pia de 1978 en est la mise a jour (un travail de catalogage de l’Enfer de la BN d’ailleurs poursuivi depuis par P.....k K…..y sur son site web) : il y a donc redondance, ce qui n’est pas le cas avec les autres bibliographies que j’ai citées et qui ont toutes des périmètres différents.

Vous n’aimez pas les points de suspension, je vais donc donner un autre nom en toutes lettres : si on aime le XIXe, les nombreux travaux de Fernand Drujon sur les livres condamnés sont aussi des sources intéressantes.

Raoul.

Anonyme a dit…

Oui, dommage. Tout cela est totalement incompréhensible pour qui n'a pas déjà au moins les deux tiers des ouvrages cités dans sa bibliothèque...
Thérèse

kamasutra69 a dit…

Cela discutaille ferme sur ce sujet( nouvelle querelle entre les anciens et les modernes?) que certains sembleraient même se l'approprier,au point de mépriser le simple curieux qui recherche simplement un texte rare, amusant voire érotique où , n'ayons pas peur des mots franchement pornographique( c'est le cas pour pas mal de petis ouvrages répertoriés par Louis Perceau , sur les textes érotiques du 19 ème siècle et par J.P. Dutel, dans son troisième volume, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 197O))Voici également un petit catalogue de vente, peut être encore disponible chez le libraire et je précise qu'il est abondamment illustré, Collection de livres érotiques provenant de la Bibliothèque de Monsieur C.R.D., chez Laurent Coulet et Pierre-Adrien Yvenec à Paris. Pour
Monsieur C.R.D dont je tairais la véritable identité à la demande des libraires, je puis comprendre mais pour les autres bibliographes , ce jeu de puzzle était-il bien nécessaire ?
Quelques ouvrages uniques qui y figuraient( 150 numéros décrits, au total), feront peut être l'objet de l'un de mes prochains articles, du moins si je constate un peu plus de confraternité et moins de férocité entre certains collectionneurs!
Carpe diem.
Vicomte Kouyakov.

Anonyme a dit…

Le COMPENDIUM publié par le libraire New Yorkais Clifford Scheiner en 1989 compte de nombreux titres en français. En allemand, cette fois, IRRGARTEN DER EROTIK de Paul Englisch. Et, CLANDESTINE EROTIC FICTION IN ENGLISH 1800-1930, De Peter Mendes: un bijou de recherche!
ET encore, Patrick Kearney, THRE PRIVATE CASE et son site web: scissors-paste.net, très documenté sur des éditeurs français du débur du vingtième siècle.
ET....

NSH

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...