jeudi 3 février 2011

Les caractères de civilité, typographie & calligraphie sous l'Ancien Régime, par Rémi Jimenes.



Paradoxalement, aucun livre n’avait été publié en français sur les caractères de civilité, cette « lettre française d’art de main » inventée par Robert Granjon en 1557 et employée jusqu’au XIXe siècle. Quelques articles parus dans des revues universitaires, et surtout un livre publié en anglais par Harry Carter et Hendrik Vervliet en 1966, avaient décrit les origines de cette typographie au XVIe siècle. Mais son utilisation sur le long terme n’avait fait l’objet d’aucune étude. C’est désormais chose faite.

Les éditions Atelier Perrousseaux, spécialisées dans le graphisme et la typo, lancent donc une campagne de souscription pour la publication d’un livre consacré à l’histoire de cette typographie.

Rémi Jimenes
Les caractères de civilité
Typographie et calligraphie sous l’Ancien Régime
Préface de Hendrik D. L. Vervliet

Sortie publique le 17 mars 2011.
120 pages
Illustré (quadrichromie)
21.00 × 29.00 cm
ISBN : 978-2-911220-40-1

Souscription : 23.00 € au lieu de 29.50 €

(offre valable jusqu’au 17-03-2011 ; compter 2 € de participation aux frais d’envoi).
Disponible directement auprès de l’éditeur :

www.perrousseaux.com

Extrait de la 4e de couverture :

« Lettre française d'art de main » ou « lettre façon d'écriture », les caractères de civilité gravés par Robert Granjon en 1557 constituent l'une des plus fameuses imitations de l'écriture manuscrite dans la typographie. Reproduisant la gothique cursive très souple des secrétaires français de la Renaissance, ils seront employés à la composition des livres (et notamment des manuels scolaires) pendant plus de trois siècles.

Pour la première fois, cet ouvrage présente l'histoire des caractères de civilité sur un long terme, en observant les modalités de leur utilisation depuis la Renaissance jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Dans ce large cadre chronologique, l'auteur examine le rôle qu'ont joué les caractères de civilité dans l'enseignement élémentaire et les rapports étroits qu'ils ont entretenus avec les modes calligraphiques. La typographie n'est donc pas ici examinée sous ses seuls aspects formels : on s'attache à restituer les enjeux (sociaux, religieux, économiques) qui en conditionnent les usages.
S'appuyant sur des sources variées et souvent inédites (traités calligraphiques, typographiques ou pédagogiques, documents d'archives, préfaces, etc.), cette étude s'accompagne d'une abondante iconographie, présentant plus d'une centaine de documents tant imprimés que manuscrits.

À travers cette histoire de la « lettre française », c'est à une véritable exploration des relations entre typographie et calligraphie qu'est convié le lecteur.

36 commentaires:

Lauverjat a dit…

C'est Gravelotte... en plus gai! Les souscriptions tombent, l'activité éditoriale bibliographique connaît un nouvel âge d'or en France. Réjouissons nous.

Lauverjat

sandrine a dit…

lettre françoyse d'art de main;
Il y a un petit chapitre sur granjon dans l'histoire de la typo par Pérousseaux en 3 volumes déjà.. mais j'imagine que celui ci approfondit le sujet.
Bien à vous,
Sandrine

sandrine a dit…

Bonjour Lauverjat... C'est quoi Gravelotte par rapport au livre presenté,( à par cette bataille contre les prussiens?)! Permettez moi de vous questionner.
bien à vous
Sandrine

Textor a dit…

Génial ! voilà le livre qu'on attendait avec impatience !!Granjon réhabilité ! A se procurer d'urgence.
Textor

Textor a dit…

Pour les très-impatients, qui trouvent que les éditions Perrousseaux mettent du temps à leur envoyer l'exemplaire du livre de Remi Jimenes, vous pouvez toujours ronger votre frein en relisant l'excellent article du Textor sur le même sujet ... ( Pub ! ) ;))

http://le-bibliomane.blogspot.com/2009/06/les-caracteres-de-civilite-ou-lart-de.html

T

Bertrand a dit…

Vous faites bien Textor de rappeler toutes les petites pétites qui restent encore à découvrir parmi les quelques centaines de billets disponibles sur le blog du Bibliomane moderne qui fêtera ses 3 ans en septembre prochain !

Et vous n'êtes pas pour rien dans ce succès ! Vous avez largement contribué à fédérer des lecteurs férus d'éditions du XVIe siècle et incunables ! Encore merci à vous,

Bertrand Bibliomane moderne... qui se retrouve encore nez à nez avec un bel album de lithographies de Gavarni. C'est grave chef ?

B.

sandrine a dit…

Vous avez aussi dans cette mode das caractères imitant l'écriture manuscrite, celle très belle d'Ange Vergèce: le grec du roi, dont parle aussi M. Perousseaux;
D'origine crétoise, introduit dans les milieux humanistes c'est lui qui, sans doute, apporta la technique du grecquage à Fontainebleau, étant d'abord passé par l'atelier de Alde l'ancien;
mais rien à voir avec ce sujet... Encore un anacoluthe ;-))
Bien à vous
Sandrine

sandrine a dit…

Je viens de lire ledit article et eneffet c'est tout aussi passionnant.

Textor a dit…

Merci Sandrine, je plaisantais bien sur. Rien à voir entre l'ouvrage d'un expert comme Gonzalo et les papiers d'illettré dilettante que je peux commettre sur tel ou tel sujet.
Ceci dit, il est vrai que j’aime beaucoup les ouvrages écrits avec les lettres françaises d'art de main.
T

sandrine a dit…

On peut être dilettante et n'en être pas moins juste et précis.
Cela donne un bon aperçu pour les personnes qui n'ont pas le Perrousseaux... Reste à chacun d'approfondir en fonction de son envie et ses gout et son budget...
De toute façon, c'est difficile de tout dire sur un billet d'un page. je ne fais aucune différence entre expert et amateur-chercheur passionné. Les fonds de bibliothèque sont souvent la continuité de dons de collectionneurs... repris par d'autres bibliothècaires;
La culture pour tous à tous les niveaux :)
Sandrine

Textor a dit…

Tout un programme !
Bonne nuit
Textor

Anonyme a dit…

@bertrand: Si tu ne vas pas à gavarni... le cirque viendra tout seul à toi...
signé Dieu en personne
@textor: tout un programme bien barbant parfois... signé la sufrajette de service.

%-))

Bonne nuit.

sandrine a dit…

Veuillez me pardonner cet écart, on ne peut plus déplacé, de langage,
mais bon, Dieu s'est manifesté et le démon de la rigolade avec... alors...
bien bonne nuit
Sandrine

sandrine a dit…

Bonjour,
Il semblerais que sur d'autres blogs, on censure une partie de mes commentaires pour me faire passer pour ce que je ne suis pas... Bravo pour la tolérance.
Cette pratique qui consiste à detourner l'essence et le fond des propos d'une personne est dommage.
je m'excuse auprés de Bertrnad pour cette intervention peu pertinente sur son sujet mais nécéssaire à mes yeux, pour la liberté d'expression.
Bonne journée
Bien à vous
.-))
Sandrine

Bertrand a dit…

Sandrine,
sachez que la censure ce n'est pas mon genre, je ne le ferais que si j'y étais contraint pour éviter injures ou autres débordements irrespectueux, ce qui n'est évidemment pas le cas ici,
vous apportez votre pierre à l'édifice bibliophilique que je tente de mettre en place, soyez-en remerciée,
et vous avez raison lorsque vous dites que sur plus de 100 abonnés, seuls une dizaine interviennent régulièrement, mais n'est-ce pas là le reflet de notre société toute entière ?

A suivre...

Bertrand Bibliomane moderne

sandrine a dit…

Je vous remercie.. Ouf... ;-))
Mais bon je reconnais que je peux ête usante avec mes commentaires à répetition, somme toute qui ne sont que le reflet d'une recherche, parfois en ligne ou des hésitations dûes à mes piles de bouquins qui tombent où , je ne sais plus dans lequel j'ai trouvé l'info pertinente... En sachant que tout est en mouvement et que l'erreur n'arrive pas à ceux qui ne disent rien...
La construction, voilà où tout est dit.
Si Dieu m'entend: qu'il sache que le début de la Renaissance est en marche.
Pour la blague, il m'est arrivé de visiter un lieu où, au moment où je vais poser la main sur le Christ muré dans le mur d'un jardin, qui ceint cette église, un grand DONG a retenti comme un coup de semonce... Bien entendu, c'était en Bretagne et il pleuvait.
Je voulais juste voir s' il était froid et rugueux comme me le laissait deviner cette pierre... Visiblement il ne me l'a pas permis... alors depuis à part Dieu lui même, je n'ai pas de maître et "je ne l'envoie pas dire".
Je suis ravie que mes interventions vous apportent quelques renseignements utiles, ainsi qu'à vos lecteurs et contribue à vous aider dans votre édifice bibliophilique.
merci.
Bien à vous.
Sandrine

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Sympa le Guillaume !..

Hugues a dit…

J'adore.
Hugues

sandrine a dit…

Je n'en demandais pas tant ... mais je vous dois bien ça, et oui c'est vrai je suis une vraie chieuse et dans la vie, c'est pire... mais ce qui m'a permis d'avancer... Me planter, chercher sournoisement, humblement à savoir, comprendre les pratiques de mon mètier... en passant au délà de ces hommes qui ne veulent rien lacher.
;-)
Bien à vous.
Sandrine

Hugues a dit…

Je parlais de l'ouvrage de Rémi, bien sûr.
Hugues

Jacques L a dit…

Décevant de lire ici ces deux commentaires sur le Blog du Bibliophile, qui s'il a ses défauts, comme le Bibliomane et comme chaque blog du reste, a eu le mérite d'ouvrir la voie à tous, et notamment au maître des lieux.
N'oublions pas qu'il est le fruit du travail d'un non professionnel du livre, cas à part dans le microcosme, et respectons son travail, comme celui des autres. La critique est aisée, l'art est difficile, je constate qu'aucun des habituels contempteurs ne nous offre le plaisir de lire son blog.
Jacques L.
Lecteur de la blogosphère bibliophilique, aussi fidèle que silencieux.

sandrine a dit…

Pardonnez moi M. Jacques, mais je ne comprends pas votre commentaire. L'art de la critique constructive est ...un art et l'ouverture d'esprit est une qualité. Je ne vois pas toujours pas le pourquoi de ma censure sur le blog du bibliophile sous pretexte d'avoir commenter des annonces dont les termes me semblaient inapropriés. Avoir un droit de reponse est la moindre des choses. être humble est la moindre des choses aussi dans ce domaine où les suceptibilités sont vite atteintes. Ce qui prouve que le livre est bien plus qu'un objet qui se marchande.
Les termes de "rare", "exceptionnel", "trés discutable" sont trop souvent utilisés pour qualifier les livres et leur reliures et faussent la donne par rapport à des personnes qui n'ont pas forcément accés aux bonnes informations.
Je ne crois pas que, dans quelques domaines que cela soit, la simplicité soit évidente et encore moins en reliure où les documents ont bien souvent été detruits... Ce qui laisse la place à des spéculations où certains s'engouffrent.
Par exemple,la plupart des documents et reliques de et sur Gutemberg ont été detruits en 1793 pendant la prise de Mayence, et en 1870 à Strasbourg... C'est la cas pour beaucoup d'autres documents et livres qui noyés dans les tracasseries politiques, économiques des administrations, privés de budget, attendent d'être triés... les expériences professionnelles de tous les acteurs du livre, qu'ils soient amateurs avertis, érudits, chercheurs ne vont que dans un seul sens, pour peu que les uns respectent les autres et inversement: La prise de conscience et la construction d'un savoir lié au livre et ses corrélaires, si tant est que ce terme existe.
C'est une prudence de tous les instants, au risque de faire monter artificiellement les prix du regime de bananes dont se nourrissent les acheteurs d'Ebay.
Je n'ai pas la prétention de révolutionner quoique cela soit mais, un petit caillou pour qu'on s'y retrouve un peu plus...Libraire, c'est un mètier qui se construit avec le temps. Ebay c'est une entreprise de vente et d'achat qui rend service.

Bien à vous
Sandrine

sandrine a dit…

Pour en terminer avec cet épisode redoutable dans la communication sur internet, je dirais ceci, je ne sais pas à qui j'ai "affaire", mais quand on se permet de me dire qu'il est dangereux de s'opposer ainsi aux hommes... j'aimerai bien savoir ce que M. Jacques, dont le commentaire a été supprimé, ainsi que les autres sur le blog du bibliophile à ma demande pour certains, face à ceux qui étaient conservés arbitrairement, à mon avis, me discréditant largement.

Il est facile de se regrouper et de detruire, (sans par ailleurs en comprendre tous les tenants et les aboutissants) une personne, en faisant le jeu, surement, beaucoup plus grave de personnes dont les intérêts sont menacées, par une simple femme, qui essaie juste de developper son mètier.

Que chacun prenne ses responsabilité devant tant de malveillance pour des raisons plus que futiles... si ce n'est des intérêts financiers dans une histoire familiale passée puisque mon père est décédé, il y a 2 ans, me laissant à la tête d'un patrimoine virtuel.

Je vous souhaite un bon Dimanche, en souhaitant qu'un nouveau sujet se presente à moi, pour distraire mon esprit fatiguée devant autant de conneries humaines.
Bien sûr, cela ne s'adresse pas à Bertrand, ni à quelques autres dont j'ai pu sentir la finesse de leurs jugements à travers les commentaires.
Bien à vous
Sandrine

sandrine a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Lassé peut être mais qui lit quand même et qui ne signe pas.
tout le monde peut mettre des commentaires.

Gonzalo a dit…

Sandrine,

Vous êtes la seule personne, sur ces blogs, à poster 5 ou 6 messages d'affilée, souvent longs et pas toujours très pertinents (mais cette dernière opinion n'engage que moi). Et depuis quelques jours s'y ajoutent quelques pointes de paranoïa.
Effectivement, c'est un peu "polluant" pour les lecteurs et les commentateurs.

Je sais que vous envisagez les commentaires comme des "actes de résistance" (contre quoi?).Mais peut-être devriez vous écrire moins, si vous vouliez être lue avec plus d'attention...

Bien pacifiquement,
Gonzalo.

sandrine a dit…

Merci Gonzalo, je vais faire plus attention avant de poster mes commentaires. Acte de resistance devant le manque d'avis et de critiques, dans le sens positif, auxquels se confronter positivement.Le commentaire non signé est d'un irrespect total envers n'importe quelle personne , quelque soit son sexe.
Je lisais tous vos commentaires au début des différents blogs, il semble que l'esprit a changé.
Autant pour moi.
Bonne continuation
Bien à vous.
Sandrine

Anonyme a dit…

"Je vais faire un tour ailleurs, ici ça devient trop polluant, une seule personne s'arroge les commentaires et nous inflige ses dérives verbales..."

Il faudrait quand même mesure garder.

Certes Sandrine a des "délires sexistes" que je ne comprends ni partage car nous ne sommes plus depuis longtemps dans cette guerre, mais le fait de laisser de commentaire faisant croire que l'herbe est plus verte ailleurs est tout aussi lénifiant...

Mais au moins je dois avouer que ce blog est libre, au bons sens du terme, et tous peuvent s'exprimer en accord ou le plus important, en désaccord avec le "propriétaire" du blog: c'est dans ce second cas que l'on peut progresser dans la discussion, les hypothèses...

Le principe du blog me semble-t-il et de pouvoir laisser les commentateurs s'exprimer librement, ou alors il ne faut pas du tout autoriser les commentaires. L'un ou l'autre. Entre les deux ça ne reste que de la censure avec tout ce qui s'y rattache de négatif.

Guillaume

sandrine a dit…

Mes délirs sexistes sont d'abord un amusement... qui n'amuse pas, quand je vois la tournure des commentaires sur un sujet sur les civilités. Donc ce n'est pas si dépassé que cela...
Ils sont plus une réaction au fait que les commentaires que je lis sont masculins et ne prêtent pas attention à mes questions, qui restent sans réponse. Indiférence donc... mais cela est vrai aussi bien pour les hommes que pour les femmes.
Nous sommes toujours dans le sujet, je pense qui tourne autour des formules et des lettres de politesse , de façon un peu lointaine certes.
Bien à vous
Sandrine

Vincent P. a dit…

Sandrine,

Ne jouez pas l'incomprise svp.

Si on ne réponds pas aux questions que vous posez c'est soi qu'il y a en a trop, soit qu'elles n'ont pas de rapport réel avec le sujet développé dans l'article.

Voilà c'est tout. Et bien souvent il a un peu des deux.

Concentrons nous et repositions nous sur le livre et non sur les bibliophiles qui ne sont avant tout qu'un échantillon de la population avec toutes ses qualités mais aussi et malheureusement tous ses travers: l'autre est toujours un con, jamais soi-même.

Bon dimanche à Betrand, Alex et les deux marmoussets.

Amicalement,
Vincent Pannequin

Gonzalo a dit…

tiens, c'est vrai ça. Si on parlait bouquins?

Bertrand a dit…

oui, je reste farouchement opposé à toute censure, je demande seulement aux différents intervenants que je lis toujours avec plaisir, d'effectivement se recentrer sur le livre, la seule passion qui doit nous animer ici.

Merci à toutes et à tous,

Bertrand Bibliomane moderne

Raphael Riljk a dit…

C'est au Père Janin qu'il aurait fallu l'offrir votre bouquin, la vache! J'ai avancé dans la lecture de la lettre du 18 janvier avec l'obstination imbécile de la mule mais j'ai encore des trous.

Raphael

Bertrand a dit…

On compte sur toi pour une lecture prochaine à haute voix de cette lettre janinesque... et avec le post scriptum s'il te plait ;-))

A bientôt,
Bertrand

sandrine a dit…

Super.
Merci Bertrand.

Eric a dit…

Je viens de le recevoir !
Sur la forme c'est un superbe ouvrage. Reliure cartonnée et illustrations en couleurs sur toutes les pages, ce qui n'est pas du luxe pour un ouvrage sur les caractères de civilité.
Je n'ai, pour l'instant fait que survoler l'ouvrage, mais c'est déjà un régal.

Eric

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...