lundi 14 février 2011

Desiderata de bibliophile : Henri Gausseron écrit pour la première fois au libraire Durel le 12 juillet 1877.



Pénétrons aujourd'hui au cœur des archives de bibliophiles ... Voici une lettre écrite par Henri Gausseron au libraire A. Durel, le 12 juillet 1877. Cette lettre a été écrite depuis Ayr, 2 Bath Place, Écosse.

[écrit en première page]

Monsieur A. Durel, Paris Monsieur, Je vous remercie des deux catalogues que vous m'avez adressés. Je serais heureux de les recevoir régulièrement. Dans le catalogue avril-mai, je trouve : n° 1626. Crébillon. Le sopha. 1766. 5 f. et dans celui de juin n° 2316. Racine, 1697, 2 vol. figures, maroquin (si l'ex. est beau et a de bonnes marges). 250 f. que je vous prie de bien vouloir me faire parvenir par poste recommandée. Je vous couvrirai comme il vous conviendra, soit en acceptant votre traite ici, ou en vous adressant une valeur sur Paris. Je peux vous donner pour références à Paris vos confrères, M. Ed. Rouveyre, rue des Saint Pères, Bailleu, quai des augustins, Baud rue des Saints Pères, Rouquette passage Choiseul. Je vous donne ci-contre la liste de quelques ouvrages que je recherche. Vous m'obligeriez si vous pouviez m'en procurer quelques uns. Dans quelques jours je vous adresserai une note de certains livres que je possède en double ou qui ne m'intéressent plus, et dont je désire me défaire, peut-être en trouverez-vous qui vous conviendront. Agréez, je vous prie, Monsieur, mes salutations empressées. Henri Gausseron

[écrit en quatrième de feuille]

Desiderata - Nuge Venales. ed. 1741 - (Guéret) Parnasse Réformé. Edition antérieure à 1669. - Les auteurs en belle humeur. Amst. 1723. - Mercure historique et politique. 1688. 5e vol. - Nouvelles de la République des Lettres, par J. Bernard 1699-1700. Amst. 14 vol. 12° - Histoire critique de la République des Lettres (par J. Masson). Utrecht & Amst. 1712 & 15 vol. 12° - Journal littéraire. La Haye, Johnson. 1713 & 11 vol. 8° - Histoires françaises galantes et comiques. Amst. Est. Roger. 1710. 12° fig. - Parisot. L'art de conjecturer. Paris. 1801. - Diez (F.) Beiträge zur ... der Romantischen Poesie, traduction par de Roisin, 1842. - Callot. Dessins originaux ou 1er tirage des dessins. - L. Killian. Coelum Stellatum christianum, av. fig. - Appriani. Astronomia. gr. fol. - Tenzelius. Judicia Excuditorum de symbolo athanasiano - Miege (Guy). Relation de trois ambassades de M. de Carlisle. Amst. 1670, ou 1672 ou 1700. Rouen, 1673, ou 1670 ; Leipzig, 1700 ou 1701. - Chevrier. Le recueil de ces dames. - Les soupers de Daphné et les Dortoirs de Lacédémone. - Les aveux d'une femme galante. - Vieilles bibles, vieux testaments, Psautiers, Livres de Prières en anglais, et spécialement une Bible ou un Nouveau Testament en anglais non divisé en versets.

Cette jolie lettre de bibliophile, qui en dit long sur les désirs et les préférences de ce bibliophile "fin de siècle", est écrite sur un joli papier vergé bleu filigrané au centre de la feuille "Annandale Polton". Henri Gausseron avait des goûts très éclectiques en matière de livres anciens. On notera sa passion pour les dessins de Callot qu'il collectionnait visiblement, ainsi que pour les livres de piété en langue anglaise.

Bernard-Henri Gausseron était un contemporain d'Octave Uzanne. On voir bien ici qu'il s'agit d'un premier contact avec le libraire Durel. Il donne des garanties sur sa personne et sur sa solvabilité ... il commande à Durel deux ouvrages, l'un d'un prix raisonnable de quelques francs seulement et un autre d'une toute autre catégorie, coté 250 francs or (somme énorme pour l'époque, c'est à peu près le salaire annuel d'un journalier ou d'une femme de chambre ...) Mais l'amateur ne le souhaite que "s'il est beau", marquant ainsi un bibliophile exigeant et qui cherche de belles pièces pour sa bibliothèque. Bernard-Henri Gausseron fera paraitre en 1901 un ouvrage de compilation de belles phrases sur l'amour des livres intitulé "Bouquiniana. Notes et notules d'un bibliologue." (Paris, H. Daragon, Collection du Bibliophile Parisien , 1901). Sa biographie complète reste à faire me semble-t-il ?

Nous reviendrons très prochainement sur la personnalité de ce bibliophile car j'ai la chance de posséder plusieurs dizaines de lettres de sa main écrites au libraire Durel.

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

20 commentaires:

Textor a dit…

Je comprends pourquoi on appelait ce temps-là la belle époque !! Aujourd'hui essayez donc de transmettre une recommandation à un libraire, il vous répondra qu'il préfère un paiment par Paypal !
Ceci dit cette lettre de bibliophile est intéressante, merci Bertrand de nous la faire partager.

Textor

sandrine a dit…

Bonjour,
C'est en effet très beau à lire et très noble. Quelques chose de l'ordre de la politesse et du respect.
Merci Bertrand.
Bien à vous
Sandrine

sandrine a dit…

Après quelques recherches... je vais réviser, un tant soit peu, mon opinion sur Gausseron qui a dit dans son livre que le pire ennemi des livres et du bibliophile... c'est la femme!
Hum, bravo! Il peut avoir la politesse douce.
Mais heureusement, cette époque est revolue.
Bien à vous.
Sandrine

Bertrand a dit…

Qui saura trouver un équivalent euros 2011 aux 250 francs or de 1877 ?

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

faute de frappe ! 2600 €

Le Bibliophile Rhemus a dit…

La biographie de Gausseron (1845-1913) est effectivement à faire : il n'a pas eu droit à un article dans le DEL.

Bertrand a dit…

Tu ne seras jamais en retraite Jean-Paul, voici que tu as maintenant la biographie de Bernard-Henri Gausseron à faire.

Apparemment il était correspondant permanent en Ecosse pour la Ayr Society sur la littérature française, à ce que j'ai pu lire.

J'ai d'autres lettres de lui à Durel les années qui suivant, jusqu'en 1901. Je vais regarder ce qu'on y apprend sur lui. Sans doute pas grand chose.

Où as-tu trouvé ses dates de naissance et de décès ? Je n'avais même pas réussi à les trouver !

B.

sandrine a dit…

http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&lang=FR&q=Gausseron&p=1&f_creator=Gausseron%2C+Bernard+Henri+%281845-1913%29

Voici qui m'a bien fait rire ce soir. bertrand auriez vous besoin de quelques conseilS?
:))
Bonne soirée
Bien à vous
Sandrine

Le Bibliophile Rhemus a dit…

J'ai déjà un embryon de biographie de Gausseron ....
ce sera pour la "Petite encyclopédie de bibliophilie"...en 2012 ou 13 ?

Bertrand a dit…

si tu as besoin de mes lettres de Gausseron à Durel... n'hésite pas !

B.

Gonzalo a dit…

J'attends, comme d'autres, l'opus magnum de Bertrand : Le commerce du livre ancien en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, d'après les documents inédits rassemblés par l'auteur.

J'y souscris dès l'annonce!
;o)

Bertrand a dit…

c'est flatteur et tentant Gonzalo, surtout disposant de plus de 200 courriers de bbliophiles les plus célèbres clients d'un seul libraire A. Durel entre 1870 et 1910 environ.

Tiens, d'ailleurs, je vais poursuivre en publiant une carte autographe de Stanislas de Guaïta ... qui devrait faire baver plus d'un amateur du bonhomme...

B.

Gonzalo a dit…

>> "c'est flatteur et tentant Gonzalo"

D'autant plus que c'est une très sérieuse suggestion!

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Bertrand, tes lettres de Gausseron sont indispensables à l'étude du bibliophile Gausseron, de même que certaines archives universitaires (il était agrégé d'anglais)le sont pour cerner l'autre face du bonhomme.

Bertrand a dit…

Pourquoi pas Gonzalo ... on lance une souscription...

"Correspondance de bibliophiles fin de siècle au libraire A. Durel" (on a le titre (sourire)...

Avec les plus grands noms de l'époque : le baron Jérome Pichon, le vicomte de Labessade, Georges Vicaire, Paul Lacombe, François Fertiault, Baron Double, Stanislas de Guaita, Jules Brivois, La Roche Lacarelle, Octave Uzanne, etc.

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Premier souscripteur !
Combien l'exemplaire de tête ?
Je le ferai relier par Annie Boige.

Julien M. a dit…

@Textor : détrompez-vous, ce temps n'est pas si révolu. Il m'arrive parfois d'envoyer les livres avant d'être payé, même à de nouveaux clients (et je ne parle pas des institutions publiques françaises, pour lesquelles c'est la règle, ni des confrères qui ont pignon sur rue). Il suffit pour cela que le contact soit bon et que cette façon de procéder soit nécessaire, et je crois que pas mal de confrères font de même avec des clients qui ont l'élégance, comme Gausseron, de se présenter. D'ailleurs je refuse Paypal la plupart du temps. En revanche, recevoir d'office une tonne d'ouvrage que l'on désire que j'achète ne me plairait pas forcément. Je sais pourtant que certains courtiers procèdent toujours ainsi avec certains de leurs clients collectionneurs... Quant aux desiderata des clients, cette pratique n'a heureusement pas changé. Finalement, je crois que nous ne sommes pas si éloignés du XIXe...

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Je confirme, c'est bien mon sentiment et le constat de ma pratique d'amateur.

Textor a dit…

Merci Julien pour votre commentaire.
Je vais tenter l'expérience, en envoyant une lettre à un libraire en me recommandant du Bibliomane Moderne. C'est quoi déjà le code postal de Chartres ?

T

Julien M. a dit…

J'ai dit un libraire, pas un banquier ;-)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...