mardi 22 février 2011

Le plus grand plaisir du bibliophile : chercher ! Lou mariagi de margarido (1757) ??


L'un des plus grands plaisirs du bibliophile est de chercher des informations sur les ouvrages que le hasard lui a donné l'opportunité de croiser. Chercher, rassembler, comparer, estimer, mémoriser, etc. Je vous propose ce petit jeu avec l'ouvrage suivant, tombé complètement par hasard entre mes mains, et dont je ne sais strictement rien ...

LOU MARIAGI DE MARGARIDO, COUMEDIO EN UN ACTE.
[fleuron typographique et filet]. M. DCC. LVII. (1757).
Cahiers cousus par une simple ficelle, de format in-12 (17 x 10 cm), de 48 pages y compris le titre.


A vous de jouer !

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

17 commentaires:

Anonyme a dit…

Bertrand,

René Merle, qui a fait une thèse sur l'écriture du provençal jusqu'à la fin du XVIIIe, cite votre livre:

« Routtier, Alexandre, Lou Mariagi de Margarido, Comédie provençale, imprimée chez Sibié, 1757”." Et il ajoute: "On n’en connaissait jusqu’à présent que l’édition de 1781. Nous avons pu retrouver l’exemplaire, unique semble-t-il, de cette édition de 1757 ignorée des bibliographies ultérieures. L’auteur n’est pas mentionné. L’édition de 1781 indique : “par feu M.R...”".

C'est dans un article, à l'adresse http://www.rene-merle.com/article.php3?id_article=417

Le catalogue de la BN ne mentionne pas cette édition, mais 3 exemplaires de 1781 et 1 ex. de 1810

Thérèse

Bertrand a dit…

Voilà un bien beau début d'histoire ! Merci Thérèse !

B.

calamar a dit…

mais non, ce n'est pas possible ! j'ai lu dans un blog sérieux et digne de confiance que c'était de Beaumarchais.

Bertrand a dit…

Barbier dans son Dictionnaire des anonymes et pseudonymes, indique la "nouvelle édition" de 1781, ce qui, écrit-il "ferait supposer une impression antérieure. Pierquin de Gembloux et G. Brunet n'en parlent pas." (Barbier, éd. 1875, tome 6, col. 69).

B.

Bertrand a dit…

Il s'agit d'une impression de Sibié d'après Merle, donc une impression de Marseille.

B.

Bertrand a dit…

La Bibliotheque patoise de M. Burgaud des Marets ne contenait pas cette première édition de 1757 mais celle de 1781.

B.

Anonyme a dit…

Analyse du contexte historique de cette pièce à l'adresse: http://www.rene-merle.com/article.php3?id_article=422

(par le même René Merle)

Thérèse

Bertrand a dit…

le dénombrement des exemplaires présents au CCfr donne :

BM Montpellier : 1 ex. éd. de 1781 ; 1 ex. éd. 1819
BM Marseille : 1 ex. éd. 1819 ; 1 ex. éd. an VI (Avignoun : Berenguier) ; 2 ex. éd. sans lieu ni date ?? et 2 ex. de l'éd. 1781. et 1 ex. éd. 1819.
Paris, BNF : 1 ex. éd. 1781
Rouen : 1 ex. éd. an 6 (Avignon : Berenguier)
Béziers : 1 ex. éd. 1781 et 2 autres ex. de la même éd.
Amiens : 1 ex. éd. 1798 (Avignoun : Alphonse Berenguier)
Toulouse : 1 ex. éd. 1781 et 1 ex. éd. Avignon : A. Berenguier , 1819
Aix-en-Provence : 1 ex. éd. 1781 et 1 ex. éd. an VI=1798 (Avignon : Bérenguier)
Lyon : 1 ex. éd. an VI [-1797-1798] (Si vende à Avignon : aquo d'Alphonse Bérenguier, impr.-libr.)

Aucun ex. de l'éd. de 1757 nulle part !

B.

Pierre a dit…

Bertrand,

Vous ne nous dites pas de quoi cela parle. Qui est cette Marguerite ? Nous sommes bien d'accord sur la rareté, il va de soi. Pierre

Textor a dit…

Non, là , Pierre, le coup est bas et peu confraternel, comme voulez-vous que Bertrand, bourguignon pas fier, puisse lire ce patois et nous faire un résumé du Mariagi, lui qui Noun sabi ni legi, ni escriouré, Quasi tout l’an mi fasès viouré !!

T

Bertrand a dit…

il y est question d'amours...

Voici ce qu'on lit à la fin. C'est Margarido qui parle :

"Mi passi de toun amour,
Vai ailleurs sarca fourtuno;
As laissa passa toun tour,
Chacun trobo sa chacuno
Hai ! Hai ! Hai !
Tè... senso rancuno
Jamai t'haïrai."

c'est beau non ? (sourire)

B.

Textor a dit…

J'ai bien "Chacun trobo sa chacuno", aux accents raciniens.
Il rappelle le vers de Phédre :
"Dans le temple voisin chacun cherche un asile" (Phèd. V, 6)

Pierre a dit…

Bon, je vous aide ! Le vrai auteur de cette pièce est Corneille ;-))

On imagine pas tout ce que ce gars a pu écrire... Pierre

Anonyme a dit…

calamar : Beaumarchais etant né en 1732, la premiere edition de 1747
....???

Anonyme a dit…

erratum : premeire edition :1749

Textor a dit…

Il y a bien que Calamar pour être sérieux sur ce blog, il poursuit ses recherches sur lou Mariagi depuis dix mois !! :))
T

calamar a dit…

hein ? quoi ? qui me réveille ?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...