dimanche 23 janvier 2011

Petit intermède uzannien : deux nouvelles cartes de voeux entrent dans ma collection.


Petit intermède uzannien. Je viens de faire l'acquisition de ces deux très jolies cartes de vœux faites pour Octave Uzanne pour les années 1890 et 1896. Ce petit billet fait donc suite et complément aux article déjà consacrés aux cartes de vœux artistiques dessinées et gravées par les meilleurs artistes de son temps pour son usage personnel. Le premier billet est à lire ICI, le second ICI et enfin le troisième ICI. Je vous laisse admirer le travail !

Eau-forte (cuivre), tirée sur papier japon (86 x 75 mm pour l'image - 117 x 96 mm pour la cuvette), cette eau-forte n'est pas signée mais ressemblerait bien au travail de Félix Buhot qui a déjà travaillé pour Uzanne (??).



Eau-forte tirée sur papier japon épais (120 x 91 mm pour l'image - 125 x 95 mm pour la cuvette), elle est signée Massé qui a travaillé avec Uzanne notamment pour la femme et la mode.


Ces deux cartes sont vierges de toute écriture au verso. Elles n'ont jamais servi. S'agit-il d'épreuves d'artiste que Uzanne se réservait ? de simples essais ? J'ai acheté en même temps que les estampes ci-dessus, deux épreuves pour les vœux de 1891 imprimées en bistre sur papier Japon pelure (très mince). Je possède maintenant 4 épreuves sur ce papier pour 1891, le papier dans ce cas, impropre à l'écriture, ne laisse aucun doute quant à la destination de ces épreuves. Ce sont des tirages artistiques d'essai. D'ailleurs j'ai acquis également cette même estampe pour 1891 sur carton fort type papier d'Arches. Restée également vierge. La voici.

Eau-forte tirée sur papier d'Arches épais (113 x 92 mm pour l'image - 118 x 100 mm pour la cuvette), elle n'est pas signée mais si l'on se réfère à la femme aux bras racine en arrière plan, cette estampe pourrait bien être le travail de Félicien Rops qui a travaillé plusieurs fois avec Octave Uzanne notamment pour Son altesse la femme (1885).


Bon dimanche,
Bertrand Bibliomane moderne

3 commentaires:

Textor a dit…

Amusantes les figurines daumieresques de bibliophiles scrutant les ouvages à la recherche de la faute typographique qui caractérisera l'édition originale rarissimus !
T

Anonyme a dit…

Textor... pousse au crime!
:-)
Sandrine

Anonyme a dit…

Instructif et passionnant.
La thése que vous avez lu, Bertrand, donne-t-elle une ou deux raisons du fait qu'on ne parle plus d'Octave Uzanne aprés ses 45 ans, en lien avec l'actualité des maisons d'éditions en cette fin de siècle?
Début du sensationnel et plus pour moins cher.
Sa personnalité ne s'accordait-elle pas avec son temps?
Sandrine

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...