lundi 3 mai 2010

De ces livres dont le titre est incompréhensible de prime abord...




Sans doute cela vous est-il arrivé aussi, un jour un livre vous tombe entre les mains et vous n'avez aucune idée de ce que peut bien vouloir dire son titre. Incompréhensible de prime abord ! Des mots abscons ! Une phraséologie digne d'un fou littéraire ! Bref, rien à faire, il faut faire des recherches pour deviner ce qui se cache derrière de telles pages de titre.

Je vous en soumets un que je viens d'acheter "par curiosité" du titre justement. Et si, d'ailleurs, ces livres n'avaient le plus souvent comme seul mérite celui d'avoir un titre bizarre ?

Voici le spécimen : La magnifique doxologie du festu. Par Me. Sébastien Rouillard de Melun, advocat en Parlement. Paris, Jean Millot, 1610. In-8 de 151-(1) pages. Parchemin de l'époque. La page de titre n'a jamais été reliée dans l'exemplaire que j'ai sous les yeux. Voir ci-dessous la page de titre originale d'après l'exemplaire de la BNF (Gallica).



Page de titre de l'exemplaire numérisé par les soins de Gallica
(Exemplaire de la BNF, Paris)


Poursuivez la liste ! Combien de livres aux titres obscurs ? Quels sont ceux que vous avez croisé ?

Bonne semaine,
Bertrand

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Projettons nous dans quelques siècles :un habitant de la planète terre tient entre ses mains l'édition de poche du livre que vient de publier Katherine Pancol "Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi" . Il est enchanté par sa trouvaille : qu'est-ce qu'un écureuil? (espèce disparue depuis longtemps), qu'est-ce qu'un livre? (objet dont l'usage est tombé en désuétude depuis au moins 300 ans...)
Hélas dans mon exemple le titre n'est même pas abscons ni incompréhensible , ni même mystérieux ou poétique, mais tout simplement ridicule.

Aimée

Benjamin-Hugo LeBlanc a dit…

Voici un classique qui, avec "Les Farfadets" de Berbiguier, a jadis fait naître chez moi une passion pour tous ceux qu'on range dans la catégorie des fous littéraires: "Cataractes de l'imagination, déluge de La scribomanie, vomissement littéraire, hémorrhagie encyclopédique, monstre des monstres, par Epiménide l'inspiré", de Jean-Marie Chassaignon, Dans L'antre De Trophonius, Au Pays Des Visions, en quatre volumes, 1779. À noter que des bibliographes comme Quérard et Brunet ont consacré à cet ouvrage une grande attention (mais pas vraiment de celles dont on peut se féliciter!)

Pierre a dit…

Un livre dont le titre est incompréhensible mais qui s'avère, à la lecture, plus compréhensible que son texte : Récits de Belzébuth à son petit-fils et un autre, dans la même veine à qui revient une place incontestée sur le podium Le traité des influences errantes de quangdzu par Matgioi...

Celui qui tape lui même son catalogue d'ésotérisme est un homme remarquable ! Pierre

Bergamote a dit…

La moitié des titres de Philippe Delerm, et quasiment tous les titres d'Amélie Nothomb. *clin d'oeil*

J'avais reperé "La Doxologie (...)" à Champerret puis à Freyssinet, et comme je me demandais à voix haute ce que pouvait bien signifier ce mot (les deux libraires du stand l'ignoraient...), c'est une personne avec un vieux dico électronique qui m'a fourni l'explication (notez que je n'étais pas plus avancée qu'avant, d'ailleurs *sourire*).

Bertrand a dit…

et le fils imita le père...en chansons... (pour ceux que cela intéresse je fais partie de deux groupes Facebook : Eradiquer Vincent Delerm / Mais au juste à quoi sert Vincent Delerm ?

On s'éloigne du sujet... encore que.

Evidemment tout ceci restant très subjectif.

La Doxologie est encore un cas à part puisque le sens même du mot (étymologie) n'est pas appliqué ici.

B.

Textor a dit…

Doxologie, on voit à peu près, mais Festu ?
Festu de paille ?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...