vendredi 21 mai 2010

Le Bibliomane moderne se repose et vous propose un nouveau sondage : Pensez-vous que la passion de la bibliophilie puisse vous abandonner un jour ?


Puisque que vous avez été sages, comme à l'école, voici une belle image pour vous récompenser.



Juste un mot pour vous informer que j'ai placé hier soir un nouveau mini-sondage dans la colonne de gauche. Vous avez le temps, il est en place pour plus d'un mois ce qui nous emmènera tout doucement vers l'été. Vous avez à répondre à une question cruciale et existentielle qui peut revenir souvent dans la vie d'un bibliophile, à savoir :

Pensez-vous que la passion de la bibliophilie puisse vous abandonner un jour ?

Oui, Non, Je ne sais pas ? Les choix sont on ne peut plus simples ! A vous de jouer.

Bon weekend,
Bertrand

11 commentaires:

Wall a dit…

Pour moi, c'est simple, j'ai besoin d'être entouré de livres, atavisme familial!! Même si je passe quelquefois un mois sans lire, je déprime sans mes compagnons de toujours. Donc c'est clair que la bibliophilie ne m'abandonnera pas de sitôt!

Comme on fait toujours tout remonter à l'enfance, j'ai du subir un traumatisme dans ma jeunesse quand mon père me montrait ses livres fin XVIIIe.

Anonyme a dit…

J'ai voté non, mais en réalité, ce dont je suis certain c'est que la passion de la collection ne m'abandonnera jamais. Quand je regarde cette photo j'hésite un peu entre ces livres que l'on imagine beaux et désirables et les masques aborigènes que l'on devine dans la partie supérieure de la photo.

Sylvain

Pierre a dit…

La passion des livres ne me passera qu'avec la disparition de la passion de vivre.

Je parlais aujourd'hui avec un vieil ami médecin qui a 97 ans. Bon œil mais plus bon pied, c'est la vie ! Il me disait que ce qui l'embêtait le plus, maintenant, c'est qu'il somnolait toute la journée et qu'il avait du mal à se concentrer sur la lecture. Mais la pièce où il vivait était remplie de livres...

Je perdrai sans doute la passion de la lecture mais je garderai la passion du livre qui est moins exigeante. Pierre

Textor a dit…

"Je perdrai sans doute la passion de la lecture mais je garderai la passion du livre qui est moins exigeante" J'aime bien cette idée !
C'est vrai que, paradoxalement, le temps que l'on passe au livre se fait au détriment du temps que l'on passe à lire.


Je ne sais pas si je perdrais la passion du livre... comment le savoir? Ce qui est sur c'est que les histoires d'amour durent 7 ans, non ? Et là, j'ai dépassé la vingtième année.

Jean-Marc a dit…

J'ai répondu non car j'imagine pas, et surtout je ne veux pas imaginer, que cette passion m'abandonne. En revanche, je serai moins catégorique à la question de savoir si je continuerais à vivre ma passion du livre comme aujourd'hui. Là-dessus, je laisse le temps décider.

Je pense souvent à ces bibliophiles qui vendent leur bibliothèque de leur vivant. Je me souviens de D. de Villepin avançant l'argument qu'il souhaitait "s'alléger" en vendant sa collection napoléonienne. Je suis sensible à l'idée qu'une certaine façon de vivre la bibliophilie peut représenter un envahissement de son espace intérieur, une forme de poids, agréable certes, mais poids tout de même. Lorsque je vois le temps et l'énergie que j'y passe, je voudrais parfois me dire : non, ne lis pas ce catalogue (éplucher un catalogue Clavreuil/Teissèdre est un vrai travail), non, ne t'astreins pas à regarder toutes les ventes aux enchères de livres, non, ne te sens pas obliger d'aller à tous les salons. Aujourd'hui je fais tout cela. J'y trouve du plaisir, mais j'imagine parfois une bibliophilie plus légère, plus hédoniste et, par certains côtés, plus superficiels.

Ce sont les pensées d'un insomniaque.
Jean-Marc

Anonyme a dit…

Pas avec ce beau facsimilé :

http://cgi.ebay.fr/Topographia-Helvetiae-Rhatiae-Valesiae-Matthaus-Merian-/260605006569?cmd=ViewItem&pt=FR_GW_Livres_BD_Revues_LivresAnciens&hash=item3cad44d2e9

Jacques.

Anonyme a dit…

J'ai répondu "oui" car, pendant cinq ans, elle m'a abandonné; cinq ans, c'est-à-dire le temps d'une dépression, où l'on perd goût pour toute chose. Je m'y intéresse à nouveau, mais je n'ai plus la même flamme; je pense qu'avant cet épisode, j'aurais moi aussi répondu "non" sans hésiter, mais, malheureusement, on ne sait pas toujours ce que la vie réserve, ni la façon dont on y répond. En tout cas, depuis, j'ai banni les mots "toujours" et "jamais" de mon vocabulaire,
G.
(désolé d'avoir un peu plombé l'ambiance !!)

Bertrand a dit…

Merci G. pour votre commentaire intéressant, vous avez raison, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve, santé, revers de fortune, etc.

B.

Bernard a dit…

La bibliophilie n'est pas prioritaire. Pour moi c'est un hobby parmi d'autres. Son gros inconvénient est qu'il ne se partage qu' exceptionnellement dans le cadre familial et le danger est qu'il nous isole. Merci donc aux blogs tels que celui ci et celui de Hugues qui permettent des rencontres virtuelles d'abord et quelquefois réelles.

calamar a dit…

oui, c'est vrai qu'il faut un entourage compréhensif... difficile de faire admettre que tel vieux bouquin à xxx euros est une occasion à ne pas rater, alors qu'on râle si la fille achète encore des Converse !

Textor a dit…

Bernard et Calamar ont raison, il est difficile de partager une passion comme celle-ci. J'en suis reconnaissant à Textorinette qui comprend et même parfois m'accompagne à des ventes.
T

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...