mardi 28 octobre 2008

Un catalogue de libraire : Jacques Estienne (1715)




Ce soir, je vous propose un message court basé sur l’étude d’un petit catalogue relié à la fin d’un ouvrage publié à Paris chez Jacques Estienne en 1715.

On sait que le catalogue de libraire est une des voies privilégiées par ce commerçant pour écouler son stock, c’est valable aujourd’hui comme cela l’était déjà hier.

Ces petits catalogues se trouvent parfois reliés à la fin ou au début des volumes. Nous en avons croisé plusieurs pendant tout le XVIIIe siècle, je crois me rappeler en avoir noté quelques uns à la fin du XVIIe siècle (notamment de libraires hollandais). Pour ma part je n’en ai jamais rencontré insérés dans des éditions du XVIe siècle et avant, mais sans doute ont-ils existé.

I
ci, il s’agit d’une présentation sur cinq pages seulement du catalogue des livres nouvellement imprimés à Paris chez Jacques Estienne, libraire, rue St Jacques, à la Vertu.

On y trouve présentés sans ordre apparent, quelques dizaines de livres sommairement décrits.

On trouve ainsi tout d’abord le titre, le format, le nombre de volumes et enfin le prix de vente.

On trouve sur quelques lignes seulement, tout à la fin, les livres provenant des fonds de librairie de messieurs Elie Josset et Guillaume Desprez, et qui sont en grand nombre chez Jacques Estienne. Ces derniers titres montrant bien toutes les implications que les libraires pouvaient avoir entre eux, et par le rachat de stock et les échanges notamment. Il est indiqué en dernier lieu qu’on trouvera chez le même libraire divers autres livres sur toutes sortes de sujets, tant de France que des Pays étrangers. Porte ouverte donc, sur les livres populaires, édités hors de France, et peut-être souvent les moins recommandables et qu’on ne présente pas en détails. Ces derniers livres provenant de l’étranger devaient d’ailleurs, je pense, représenter une part non négligeable du chiffre d’affaires de ces maisons de librairie.

En regardant ce petit catalogue de plus près il est intéressant de voir la « teneur » du fonds de Jacques Estienne à la date de 1715. On y trouve pour l’essentiel, des livres de piété (traités, méditations, vies de Saints et Saintes, des instructions sur divers sujets de morale, etc.), quelques livres profanes (les bucoliques de Virgile, les fables de Phèdre, l’abrégé de la vie des peintres de de Pilles, la mécanique du feu avec le traité des nouvelles cheminées, etc.). Le fonds provenant de la librairie Elie Josset et Guillaume Desprez semble exclusivement composé d’ouvrages à caractère religieux.

On pourrait aussi disserter sur le prix des livres qui sont indiqués. 6 livres pour la Vie de Sainte-Thérèse en 1 vol. in-4 ; Les Bucoliques de Virgile en 1 vol. in-12 pour 1 livre et 10 sols ; 2 livres et 10 sols pour la Méchanique du feu ou traité des nouvelles cheminées de Gauger. L'ouvrage le plus cher que je note est sauf erreur la Bibliothèque des prédicateurs en 8 vol. in-4 pour 56 livres.

Je vous laisse découvrir ce petit catalogue en images (n’oubliez pas de cliquer sur les images pour les agrandir).

Amitiés bibliomanes,

Bertrand


Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...