vendredi 20 février 2009

Vox populi III : Des femmes et des livres...



Une merveille de la nature...


Nouvelle petite série de bons mots sur l'amour des livres. Quelques petites perles pêchées ici et là dans les vieux livres eux-mêmes ou dans des ouvrages plus récents.

Savourez.... et aujourd'hui il n'y en a que pour les femmes bibliophiles...

"(...) à peine cette bête (la femme), toujours nuisible à nos études, toujours implacable, découvre-t-elle le coin où nous sommes cachés, protégés par la toile d'une araignée défunte, que, le front plissé par les rides, elle nous en arrache, en nous insultant par les discours les plus virulents. Elle démontre que nous occupons sans utilité le mobilier de la maison, que nous sommes impropres à tout service de l'économie domestique, et bientôt elle pense qu'il serait avantageux de nous troquer contre un chaperon précieux, des étoffes de soie, du drap d'écarlate deux fois teint, des vêtements, des fourrures, de la laine ou du lin. Et ce serait avec raison, surtout si elle voyait le fond de notre cœur, si elle assistait à nos conseils secrets, si elle lisait les ouvrages de Théophraste ou de Valère Maxime (...)"

Richard de Bury, XIVe siècle.

"Les femmes bibliophiles!... Je ne sache point deux mots qui hurlent plus de se trouver ensemble dans notre milieu social; je ne conçois pas d'accolade plus hypocrite, d'union qui flaire davantage le divorce! La femme et la bibliofolie vivent aux antipodes, et, sauf des exceptions aussi rares qu'hétéroclites, — car les filles d'Eve nous déroutent en tout, — je pense qu'il n'existe aucune sympathie profonde et intime entre la femme et le livre; aucune passion d'épiderme ou d'esprit; bien plus, je serais tenté do croire qu'il y a en évidence inimitié d'instinct, et que la femme la plus afllnée sentira toujours dans « l'aflreux bouquin un rival puissant, inexorable, si éminemment absorbant et fascinateur, qu'elle le verra sans cesse se dresser comme une impénétrable muraille entre elle-même et l'homme à conquérir."

Octave Uzanne, fin du XIXe siècle.

"La collection (des livres particulièrement) a toujours eu pour ennemies jurées nos chères compagnes. C'est autant de moins, disent- « elles, pour la toilette et pour le train de la maison."

Paul Eudel, fin du XIXe siècle.

"Les livres, jusque dans la maison du bibliophile, ont un implacable ennemi, c'est la femme... La femme, l'ennemie-née du bibliophile."

M. H.-H. Gausseron, fin XIXe siècle.

"L'amour des livres, c'est une marque de délicatesse, mais c'est une délicatesse d'homme : les femmes, pour la plupart, ne le comprennent pas. Pour les ouvrages du XVIIIe siècle, qu'elles veulent acquérir maintenant parce qu'ils sont à la mode, elles ont été depuis longtemps particulièrement malfaisantes."

M. Porel

"Ne confiez jamais, ô bibliophiles, le soin de couper un livre que vous tenez en estime particulière à d'autres qu'à vous-mêmes: défiez- vous, pour accomplir cette opération si simple en apparence, mais en réalité si délicate, de cette main mignonne qui excelle dans l'art de la broderie et qui ne connaît point de rivale dans mille travaux élégants. Tout habile qu'elle est, cette main charmante, à laquelle on peut confier sans crainte la réparation du tissu le plus fin, vous fera le plus innocemment du monde d'innombrables festons aux marges que vous voulez respecter ; bien heureux si le couteau, en déviant de la ligne marquée, ne tranche cette marge jusqu'au texte, et perde ainsi à tout jamais un livre qui n'est plus présentable aux yeux d'un véritable bibliophile."

Le Magasin pittoresque, 1876, p. 262

"... Il y a un ennemi plus dangereux encore (que le feu, l'eau, le gaz, etc.), le plus difficile à vaincre, ennemi de tous les jours, de toutes les heures, furetant partout, décidé à toutes les luttes ouvertes ou à toutes les ruses sournoises : la femme."


M. René Vallery-Radot

Restons-en là pour aujourd'hui... la bête est bien chargée... n'exagérons pas...

Mes amitiés à toutes les femmes bibliophiles de par le monde,
je suis certain qu'elle sont discrètes mais qu'elles existent. (tout cet article est à prendre humour... je ne veux pas de ligues féministes à ma porte demain...)

Bonne journée,
Bertrand

5 commentaires:

pierre a dit…

Bon ! La Marquise de Pompadour était femme et bibliophile...

Bertrand, pourriez-vous nous citer quelques femmes bibliophiles du 19eme et 20eme siècle dont la dispersion de la bibliotheque a donné lieu à la parution d'un beau et riche catalogue dans les salles de vente.
Attention ! Tout silence de votre part équivaudrait à cautionner l'idée généralement admise que les femmes ne sont pas attirées par le "livre objet" (ce qui ne signifie pas pour autant qu'elles ne puissent pas être des lectrices avisées).
Merci pour la longue liste.
Pierre (qui n'est pas du genre à mettre la pagaille)

Bertrand a dit…

Bonsoir Pierre,

si vous relisez l'article du bibliomane d'il y a quelques jours sur la vente de la bibliothèque Rahir, vous constaterez que la seule femme (hormis Mme Belin mais qui était libraire donc hors jeu), était la comtesse de Behague qui est ressortie de la vente Rahir allégée de quelques... 215.000 francs de l'époque soit un équivalent en pouvoir d'achat 2008 de près de 115.000 euros, ce qui n'est déjà pas si mal ! non ?

La comtesse de Béhague lisait-elle ses livres ? ou les comptait-elle comme on compte des billets de banque ? Je ne le sais. Ce qui est certain c'est qu'elle avait, soit du goût, soit le nez creux pour investir sur le bon cheval. Les livres qu'elle a acquis lors de cette vente Rahir ont dû se revendre ultérieurement bien plus cher que ce qu'elle ne les avait achetés.

Mais les bibliophiles n'achètent jamais les livres pour les revendre c'est bien connu...

B.

Anonyme a dit…

pas de catalogue mais une solide réputation: Edmée Maus (1905-1971)
Lauverjat

Bertrand a dit…

Edmée Maus possédait quelques Molière de la collection François Perier qui a été dispersée en novembre à Drouot chez Pierre Bergé.

J'avais remarqué son ex libris et la mention qui en était faite dans le catalogue.

B.

Bergamote a dit…

Eh bien, j'ai bien ri en lisant ces inepties ;-)
J'aurais dû les saupoudrer de poivre, les bergamotes...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...