jeudi 12 février 2009

Le singe de Diderot était bibliophile...




Petite brève bibliophilique :

Petit phrase découverte dans un article de l’Encyclopédie des gens du monde à l’article Delisle de Sales (1).

« Delisle de Sales n'était pas riche, et il réservait toutes ses ressources pour l'augmentation de sa bibliothèque. A sa mort il laissa 30,000 volumes. »

Un homme de la sorte ne pouvait pas être fondamentalement mauvais...

Je ne sais pas la date de la vente de sa riche bibliothèque ni même si elle eut lieu ? Pas plus que je n'ai une idée de ce qu'elle pouvait contenir de trésors ? Si un amateur en sait plus sur le personnage et son penchant à la déraison bibliophilique ? Cela intéressera tout le monde ici je pense.


(1) Jean-Baptiste Isoard, dit Delisle de Sales, écrivain français, né à Lyon en 1743, mort à Paris en 1816. Il quitta l'Oratoire pour vivre dans le monde, se lia avec les philosophes et publia un grand nombre d'écrits dont les plus connus sont : Philosophie de la nature, 1769 et 1804, ouvrage qui fut poursuivi et brûlé au Châtelet ; Philosophie du bonheur, 1796 ; Mémoire en faveur de Dieu, 1802 ; Histoire des Hommes (continuée par Louis-Sébastien Mercier), 1781 et années suivantes, 52 volumes. On l'a surnommé le Singe de Diderot. Il a cependant combattu le matérialisme et l'athéisme. Outre ses ouvrages originaux, il a donné une traduction de Suétone (Source Wikipedia, extrait du Dictionnaire historique de Bouillet).

Bonne journée,
Bertrand

6 commentaires:

Martin a dit…

Catalogue des livres de la bibliothèque, de feu M. Isoard de l'Isle de Sales ...: dont la vente ... aura lieu le ... 23 févier 1818, et jours suivans ...

Catalogue Des Livres De La Bibliothèque De Feu M. Isoard De L'Isle De Sales. Membre de L'Institut royal (Académie des Inscriptions), dont la vente ... le samedi, 4 avril 1818, 2 parties

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Jean-Baptiste Isoard de Lisle (1741-1816), dit Delisle de Sales, auteur d'un "De la philosophie de la nature" condamné en 1775, et dont la bibliothèque de 24 852 volumes occupait 15 ou 16 pièces d'une maison dont il n'arrivait pas à payer les loyers.Toute sa bibliothèque, dont une collection révolutionnaire composée de 2 000 volumes reliés et de 1 600 cartons renfermant 20 000 pièces, fut dispersée après sa mort pour la somme misérable de 30 000 francs (environ 60 000 €).

Bertrand a dit…

Merci Martin. Où trouver ce catalogue ? C'est bien ça le problème...

Merci Jean-Paul pour ces chiffres précis. Pourrais-tu nous communiquer ta source de connaissance infinie qui réjouira tout le monde ici ?

Bonne soirée,

Bertrand

Le Bibliophile Rhemus a dit…

"Les somptueuses bibliothèques du comte de La Bédoyère" in "Le magazine du Bibliophile", n° 77, octobre 2008, p. 17-22.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

"Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. Isoard de l'Isle de Sales", Paris, Barrois, 1818 :
- 1 ex à Berlin
- 2 ex à Göttingen
- aucun ex sur le marché actuellement

Le Bibliophile Rhemus a dit…

et 1 ex à la BM de Troyes !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...