samedi 7 février 2009

Carayon et Uzanne réunis sous le même toit par un bibliophile (1894)


Voici pour faire court aujourd'hui, comment un bibliophile a eu l'idée de réunir sous le même toit, un relieur de talent, Emile Carayon et un auteur qu'on connait bien ici... et qui décida de vendre sa bibliothèque... je veux parler d'Octave Uzanne.

Les livres modernes et de bibliophilies d'Octave Uzanne ont été vendus les 2 et 3 mars 1894 sous le vocable : Notes pour la bibliographie du XIXe siècle. Quelques-uns des livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou uniques, revêtus de reliures d'art et de fantaisie, tirés de la bibliothèque d'un écrivain et bibliophile parisien, dont le nom n'est pas un mystère, et qui seront livrés aux enchères les vendredi et samedi 2 et 3 mars 1894 en l'hôtel des ventes, rue Drouot, salle n°10.


Ce catalogue, luxueusement imprimé et tiré à un nombre limité. 1.000 exemplaires distribués aux amateurs avec en plus une édition en souscription à 100 exemplaires sur papier mauve vélin, filigrané de guirlandes de pervenches et numérotés. Ces exemplaires possèdent un frontispice à l'eau-forte de Robida. (Frontispice que je n'ai jamais vu...). Les couvertures étaient genre soie repliées et ces exemplaires tirés à 100 se vendaient 6 francs. Pour les plus exigeants encore, un tirage à 25 exemplaires sur vieux Japon feutre très rare (c'est ce qui est marqué...) et signature (d'Uzanne évidemment), avec un frontispice du bibliophile (Uzanne encore... quel Ego !) et portrait ex-libris (Ego Ego Ego...), etc. Ces exemplaires de grand luxe se vendaient 25 francs aux amateurs fortunés en mal d'Uzannerie.

Je me contenterai d'un des 1.000 exemplaires ordinaires, déjà peu communs sur le marché. Je ne donnerai pas aujourd'hui le détail de cette vente sympathique faites de reliures originales, de dessins ajoutés, de tirages spéciaux pour bibliophiles modernistes. Ce sera pour un prochain billet.

Je vous présente simplement aujourd'hui la jolie reliure qu'un amateur distingué à bien voulu confier la façon à Emile Carayon. Pleine soie imprimée de motifs répétés, uniforme. Bradel. Sobre, original, finement exécuté.

Reliure signée Emile Carayon, pleine soie imprimée, 1894.

Bon samedi,
Bertrand

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...