mardi 14 février 2012

Bibliophilie or not bibliophilie ? 135 dessins de Proust à Henry Miller qui appartiennent à l'éditeur Pierre Belfond sont dispersés aux enchères.



Voici une vente atypique. 135 dessins d'écrivains ! Des dessins d'écrivains, quelle idée !!? Évidemment il y a des écrivains qui savent dessiner et des dessinateurs qui savent écrire ... mais pas tous !! Alors ? Alors il faut bien le dire, c'est la notoriété de l'écrivain qui fera sa cote de dessinateur, et non son talent d'artiste. Le monde est ainsi fait qu'une chose en entraînant une autre, ou si vous préférez, pour faire écho à l'adage qui dit si justement que l'argent appelle l'argent ou encore mieux, on ne prête qu'aux riches, voici bien la vente la plus improbablement artistique qui soit. C'est en tous cas mon avis. Mais à lire les médias qui couvrent l'évènement de la journée sur le marché fiévreux des enchères parisiennes, je m’aperçois que je suis loin d'être le seul à douter.

J'aime beaucoup la phrase de conclusion de l'article publié dans les Echos : "Des sommes dérisoires comparées aux tarifs pratiqués pour des œuvres d'inconnus dans le domaine de l'art contemporain." J'ai envie de dire : "Et alors ?" S'il y a des personnes pour acheter des bouzes contemporaines improbables foutages de gueules à destination de quelques personnalités en mal de dépenses inconsidérées, pourquoi devrait-il en être autant pour tout. Après moi ce que j'en dis...


Évidemment il y a Victor Hugo, Musset, Maupassant, Verlaine, etc., de grands noms de la plume. Les prix sont à l'avenant, de quelques centaines d'euros pour les plus abordables à plusieurs dizaines de milliers d'euros pour les noms les plus en vue (Proust, Verlaine, Rimbaud, etc) qui risquent fort d'être dépassés. Nous verrons. Encore une belle occasion de voir si la crise est bien là. Je sais, on me rétorquera que ce marché échappe à la crise, comme une sorte de bulle. On sait ce qu'il advient des bulles... avec le vente et les tempêtes...


On est loin de la bibliophilie, même la plus haute et la plus noble. Un petit dessin de Baudelaire à dix fois le prix de l'édition originale des Fleurs du mal. A quand les exemplaires truffés de dessins d'écrivains pour enfin réussir à vendre leurs œuvres par ailleurs délaissées. Dites-moi combien vaut aujourd'hui le plus bel exemplaire d'une EO d'Alfred de Musset ou d'Alfred de Vigny ?



Laissons faire la foule... On est peut-être pas si loin du temps où les livres ne seront plus que de petites armoires. Mais je me trompe certainement sur tout.


Je joins ci-dessous l'article publié dans les Echos (14 février 2012).

Les dessins d'écrivains de Pierre Belfond

135 dessins de Proust à Henry Miller qui appartiennent à l'éditeur sont dispersés aux enchères. Un marché rare mais en hausse sensible.

L'un des buts ultimes de la collection consiste à pénétrer dans l'intimité du créateur ou de la personnalité connue. D'Elisabeth Taylor on aimera posséder un de ses bijoux qui célébraient l'amour que lui portaient ses amants (les 269 lors de la vente de ses bijoux ont été adjugé en décembre pour 137,2 millions de dollars). De Napoléon on voudra une lettre de guerre ou une mèche de cheveux (en 2010 l'une d'elles est partie pour 13.000 dollars). Et de n'importe lequel de ses écrivains favoris, naturellement on attend quelque chose de sa main. L'expert en bibliophilie Alain Nicolas remarque à ce propos que si « la collection de livres en édition originale, exception faîte des pièces particulièrement rares, accuse un ralentissement, en revanche le marché est marqué par un goût certains pour les originaux dans le domaine de l'écriture. Il y a quelques années une lettre de Proust se négociait pour 5 000 à 10 000 euros. Dans les mois derniers certaines ont été adjugées entre 20.000 et 30.000 euros ». Il remarque encore : « C'est peut être le développement d'Internet et de la virtualité qui engendre un phénomène compensatoire avec ce regain d'intérêt pour la correspondance ».
Le 14 février, Artcurial disperse sous son expertise une collection extrêmement originale. Elle a été rassemblée pendant 41 ans par l'éditeur Pierre Belfond . Ce dernier a donné son nom à la fameuse maison revendue en 1991. Mis à part sa vie littéraire particulièrement dense, Pierre Belfond est un collectionneur chevronné de grandes et de petites choses. Il nourrit une passion pour quelques peintres surréalistes dont Picabia, une autre pour des artistes délaissés du XIXe siècle qu'on appelle « les petits maîtres » comme Achille Devéria et enfin déclare un enthousiasme sans borne pour un domaine à la croisée des chemins entre art et littérature : les dessins d'écrivains.
Pièces rarissimes

Pour Alain Nicolas il s'agit d'un secteur sans véritables côtes car la plupart du temps les pièces sont rarissimes. Quant à Pierre Belfond, il justifie la vente de sa collection chérie car « je suis las de ne pas pouvoir acheter ce que je veux. Les prix ont augmenté de manière spectaculaire dans les dernières années ». Il donne l'exemple d'un dessin de Baudelaire. « J'en possède un. J'en voulais un second. Pour le dernier qui est passé en vente j'ai arrêté d'enchérir à 95.000 euros ». Le portrait de la grande passion, la muse et maîtresse de Baudelaire Jeanne Duval exécuté à la plume et à l'encre par le poète est estimé 50.000 euros. Une relique sans prix pour les passionnés des « Fleurs du mal ». Dans la catégorie des mythes absolus de la poésie Pierre Belfond met aussi en vente un dessin de Rimbaud. Il commente avec fierté : « un dessin de Rimbaud on en trouve tous les cinquante ans. Les spécialistes lui en attribuent seulement six ». La feuille figure l'esquisse maladroite d'un cocher à Londres en 1873. La légende en bas du croquis a certainement été inscrite par Verlaine. Estimation : 120.000 euros.
Parmi les pièces rarissimes le catalogue très documenté contient aussi cinq dessins de Marcel Proust. Là, encore une il est clair que c'est l'auteur, un monument littéraire, plutôt que le brio des compositions qui prime. Le plus amusant : le pastiche d'une publicité pour les pneus Michelin estimé 30.000 euros.
Mais parce que le monde de la littérature est lui aussi soumis à des vogues la vente contient des dessins de grands hommes de lettres qui peuvent être beaux et estimés pour des sommes modestes. Alfred de Vigny(1797-1863) a représenté à la mine de plomb dans un style abouti un paysage estimé 2 000 euros qui semble illustrer une de ses phrases : « Le crépuscule ami s'endort dans la vallée ». Plus près de nous l'écrivain américain Henry Miller(1891-1980) qui a décrit dans ses livres le Montparnasse de la bohème peignait couramment à la fin de sa vie. Son « Portrait de couple » une aquarelle dans une veine Fauve est estimé 3000 euros.
Des sommes dérisoires comparées aux tarifs pratiqués pour des oeuvres d'inconnus dans le domaine de l'art contemporain. A surveiller donc.
Le 14 février. Hôtel Marcel Dassault (Paris)
Exposition du 11 au 13 février.

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

21 commentaires:

calamar a dit…

on est loin de la bibliophilie, c'est vrai... plutôt du côté du fétichisme. Si ça peut servir à truffer une édition originale, on va tomber dans la bibliotruffomanie (ou quelque chose de ce genre à inventer ?) !

Le Bibliophile Rhemus a dit…

pour iconophiles, tout simplement.

sandrine a dit…

Il faudrait savoir ce qui définit un dessin reussi d'un autre qui ne l'est pas, en dépit du fait que c'est une plume qui l'a produit.
la notion d'abstrait dans l'art ne va pas sans le discours et l'émotion provoquée. Là aussi, un réseau d'initiés, de copinage qui poussent au devant de la scéne des parfaites horreurs, tout comme en bibliophilie et reliure contemporaines
Ce qui reste des siècles aprés avec la même émotion contemporaine de la création, passant les générations me semble un des critéres d'appréciation du beau. Aprés le prix, question de faiseurs de mode et de vanité en art?
Avis tout à fait personnel.
Bien à vous,
Sandrine.

Bertrand a dit…

Mon avis était aussi tout à fait personnel Sandrine, et je le partage ! En même temps je comprends qu'on puisse fétichiser... ça m'arrive... (je con-fesse)

B.

Pierre a dit…

J'aime assez ces dessins, témoins de la vie d'écrivains reconnus. Je serais heureux d'en posséder certains mais pas aux tarifs proposés, c'est tout ;-)) Pierre

Anonyme a dit…

Mon pauvre Bertrand, tu prends des risques.
Pour ebibliophilie, j'ai décidé de ne pas publier cette vente à cause des droits.

Aujourd'hui mm encore, Brissonneau m'a fait enlever toutes les fiches de sa prochaine vente relatives à Camus , pb de droits...

Donc il faut publier des cases blanches à la place des images ;-)

Bertrand a dit…

Je suis de bonne foi... je retire si on me demande... ce qui ne m'empêchera pas de donner mon avis, avec ou sans images.

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

pour iconophiles SPECULATEURS (j'avais oublié le qualificatif)
puis-je me permettre d'ajouter que presque tous ces écrivains sont aussi nulsen dessin qu'ils sont doués en écriture.

Bertrand a dit…

Personne qui nous lit n'a donc assisté à cette vente pour nous en faire quelques commentaires ?

Les résultats ne sont pas encore en ligne... attendons. Je suis certain que quelques surprises seront au rendez-vous !

B.

Eric a dit…

Total de la vente : 1.570.323 euros,
une vingtaine d'invendus,le dessin de Rimbaud : 285 554 €.
Celui de Baudelaire : 68 694 €
Résultats en ligne sur le site d'Arcurial
Eric

Bertrand a dit…

C'est bien ce que je pensais...

Je vais regarder les résultats en détail...

B.

Bertrand a dit…

C'est amusant, je vois que le seul d'Apollinaire qui n'a pas été vendu (n°6 estimé 40.000/60.000 euros tout de même...) était le seul de cet auteur qui m'aurait intéressé... quant aux autres, 60.000 euros pour le n°5 ... ça laisse rêveur de médiocritude.

B.

Bertrand a dit…

le n°22 par Cocteau "la vierge au G. C." à 217.398 euros... il y a un truc qui m'échappe là...

B.

Eric a dit…

C'est en fait un album de 21 dessins.

En parcourant le catalogue je m'aperçois avec stupéfaction qu'il n'y avait pas le moindre croquis d'Uzanne à se mettre sous la dent. Déprimant ;)

Eric

Bertrand a dit…

Le n°105 (Rimbaud) adjugé à 285.554 euros !! ... j'aurais préféré me payer sa prétendue photographie africaine pour le même prix, pas vous ? ou pas...

Tout de même je vais dire à ma fille qu'elle arrête de jeter ses dessins et ses collages de CP car plus tard... qui sait... hein...

B.

Bertrand a dit…

Oui déprimant Eric ! Uzanne rien ! Pfff !! En plus je suis certain que pour 100 euros j'en aurais eu un... à moins que des amateurs ne se réveillent dans un avenir proche (ce que je ne souhaite pas forcément - merci).

Il y a un espoir tout de même quand je vois les statistiques de fréquentation du blog Uzanne... j'ai encore de beaux jours devant moi :-)

B.

Olivier a dit…

Nuls en dessin... Un petit dessin Jean-Paul? Moi j'aime bien les encres d'Hugo...
Il y en avait ?
Parce que ce que j'ai vu (Appolinaire, Rimbaud) était plus émouvant qu'artistiquement intéressant.

Textor a dit…

Un jour de l’art, le lendemain du cochon, ce blog est un perpétuel enchantement !
Bon, pour 60 000 euros j’aurais préféré m’acheter un beau livre, maintenant chacun voit midi à sa porte.
T

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Olivier,désolé d'avoir été aussi directement critique vis-à-vis d'écrivains peu doués en dessin (sauf effectivement Hugo), mais je descends d'artistes peintres provinciaux assez bien cotés (artistiquement parlant, financièrement, ça ne m'intéresse pas beaucoup), des deux côtés (maternel et paternel), alors ...

Anonyme a dit…

Quelqu'un saurait-il comment sauvegarder la version haute définition de ces images, avant qu'elles ne disparaissent ?
Je trouve la version basse définition (incrustée dans le Flash player), mais pas celle qu'on obtient en zoomant... D'avance merci.

Bertrand a dit…

oui c'est assez simple, vous accédez au zoom et puis vous faire une ou plusieurs copies d'écran que vous recollez ensuite via Photoshop, en théorie le travail doit être parfait. Après je ne dis pas qu'il faut le faire ni que vous avez le droit de le faire. A vous de voir. Personnellement je n'aurais envie d'en conserver en mémoire que quelques uns... les autres j'ai ma fille de 6 ans pour me rappeler que l'art peut aussi se détecter très jeune...

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...