lundi 6 février 2012

Un lecteur du Bibliomane cherche à identifier le premier propriétaire des Mémoires de Saint-Simon avec sa devise "BON DIEU A PRETER, DIABLE A RAVOIR."




Voici deux photographies envoyées par un lecteur du Bibliomane moderne qui aimerait savoir à qui a appartenu son exemplaire des Mémoires de Saint-Simon en 20 volumes, édition Hachette, Paris, 1857.

Il y a au bas des dos les initiales C.O. dorées.

La devise du cachet à l'encre bleue (qui date probablement de la reliure vers 1860) est assez curieuse : "BON DIEU A PRÊTER, DIABLE A RAVOIR."

Merci d'avance de votre participation à cette petite énigme.

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

5 commentaires:

Bertrand a dit…

Personnellement j'ai eu beau chercher, je n'ai rien trouvé ! Pas si simple...

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

jamais vu
rien dans mes "énaurmes" dossiers
impatient de savoir
interroger les collections d'ex-libris de Nancy

Anonyme a dit…

Je ne trouve rien non plus, juste des références au théâtre, au 19ème et à un milieu artistico- littéraire qui correspond à une période désabusée ... Rien de bien précis.
Un bibilophile décu de son mariage et de son banquier, ainsi que de son curé? Ou un collectionneur dans les ordres qui a perdu la foi?
Il vaut mieux re-faire commerce avec le diable plutot que de rester fidéle au bon dieu?
Qui, peut être, à ce point aigri, (à replacer dans le contexte de l'époque, le diable y revient souvent à Paris comme ailleurs, les sectes, ect...) pour faire fabriquer un ex-libris aussi parlant?
Bien à vous,

Sandrine.

calamar a dit…

ou plutôt une mise en garde contre le prêt d'un livre, qu'on ne peut jamais récupérer. C'était à la mode, comme ex-libris, à une époque.

Anonyme a dit…

interessante interprétation qui ne m'est même pas venue à l'esprit. Je pensais que les collectionneurs ne sont pas prêteurs,du moins, pour mes livres, en est-il ainsi.
S.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...