dimanche 4 novembre 2012

Les Passeurs de Textes (Documentation) commenté by Textor



Signalons à ceux qui s’intéressent à la naissance de l’imprimerie, le dernier opus de la collection « Etudes et Rencontres de l’Ecole des Chartes » consacré aux imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme. Ce recueil d’études réunies par Christine Bénévent, Annie Charon, Isabelle Diu et Magali Vène, rassemble les communications du colloque tenu à l’Ecole des Chartes et à la Bibliothèque Sainte Geneviève en Mars 2009 (et attendu depuis ce temps !). Il vient de paraître en septembre dernier et vous le trouverez à la librairie Champion, près de l’Odéon (pour les parisiens) et sur le site des éditions Droz (pour les autres).





Les différentes contributions  permettent d’approcher les multiples facettes de l’éditeur-imprimeur de la Renaissance, tantôt intellectuel engagé accompagnant ses auteurs dans leur débats d’idées (quand il ne le lâche pas pour épouser la thèse des détracteurs, comme le fit Josse Bade avec Érasme !) tantôt homme d’affaire avisé dont l’unique souci était la concurrence des autres ateliers. Ce qui étonne c’est que cette concurrence ne se jouait pas entre les numéros pairs et impairs de la rue St Jacques mais entre des villes souvent lointaines comme le match Bâle-Paris (entre l’imprimerie de Froben et celle de Claude Chevallon pour les textes patristiques).

Au fil des études, nous croisons le jeune Paul Manuce, Josse Bade, Guillaume Rouillé ou encore Gilles Corrozet. Michel de Vascosan tient la vedette puisque deux articles lui sont consacrés. Saviez-vous que Vascosan fut le premier à délaisser la marque d’imprimeur, dès 1540, sans doute après des démêlés avec ses beaux-frères, eux aussi héritiers de la Praelium Ascensianum ? Sa page de titre, totalement dépouillée de décor, laisse alors apparaître pour tout ornement la perfection de la typographie. Je vous présenterai un jour mon exemplaire de la première traduction de l’Histoire de Paul Emile qui répond à ce critère.

Mais, c’est une autre étude qui a retenu mon attention, celle que Rémi Jimenes a consacré à un exemplaire extraordinaire des œuvres de Saint Bernard imprimé en 1551 par l’Atelier du Soleil d’Or. Il faut dire que j’ai un petit faible pour l’atelier du Soleil d’Or et sa business woman (NDLR : si Textor se met à parler l'Octave en employant à tout va les anglicismes ... mais où va-t-on ?), Charlotte Guillard. Vous savez, cette minette de 20 ans qui devint la première femme imprimeur après avoir fait les yeux doux à Bertholt Rembold, un proto-imprimeur parisien associé à Ulric Gering. L’ayant promptement enterré, elle publia seule quelques titres avant d’épouser en seconde noce l’imprimeur Claude Chevallon qui finit par suivre le même chemin que Rembold, laissant la veuve éplorée libre de diriger pendant vint ans encore l’atelier du Soleil d’Or. (Une autopsie reste à faire sur le corps des deux maris).

Charlotte Guillard aimait le bel ouvrage et savait s’entourer (en témoigne le procès qu’elle fit à la corporation des papetiers pour la mauvaise qualité de leur production). Elle devait aimer aussi que ses publications soient les plus justes possibles alors que les productions de l’époque étaient souvent fautives. C’était un argument de vente.  Mais il est difficile d’être renseigné sur les pratiques d’ateliers en matière de corrections typographiques. C’est sans compter Rémi Jimenes qui a de commun avec les Bénédictins le goût du travail analytique. Il a découvert, je ne sais comment, dans le fond ancien de la bibliothèque municipale de Lyon, un exemplaire très curieux des œuvres de Saint Bernard dont les pages correspondent à deux états du même texte : au recto, la page annotée par le correcteur et au verso la page définitive, si bien qu’il lui a été possible, après, j’imagine des heures de réflexions et une grande science de la typographie, de reconstruire la méthode de travail du correcteur. (Ou plutôt des deux correcteurs qui se sont partagé les corrections). L’inversion des caractères, la correction des silhouettes correspondant à des lettres mal enfoncées dans la forme, ou le manque de caractères, comme les u tildés, remplacés par des types d’attente, chacune des corrections est traquée et analysée, véritable archéologie du texte imprimé. Les impressions en blanc, ces lignes de caractères aléatoires utilisés pour caler les blocs sont ici encrées, ce qui facilite leur étude. L’auteur tire de leur analyse des informations incroyables sur l’ordonnancement des cassetins, et la fréquence avec laquelle les blocs de lettres achevés d’imprimer étaient désagrégés et les types remis dans leur cassetin.

Grace à ces minuscules indices, l’atelier du Soleil d’or s’anime. On imagine Louis Miré, le chef correcteur, un sanguin qui se prenait pour le patron de l’atelier, s’indigner devant les quelques mille trois cents trente cinq erreurs qu’il avait repérées, ou encore houspiller l’ouvrier qui conservait ses blocs de calage pendant des mois et qui n’avait pas encore remis les lettres en circulation vingt formes plus loin, alimentant la pénurie. La pauvre Charlotte Guillard se confiera à ses lecteurs dans une préface du Lexicon Grecolatinum, en déplorant tout le souci et les tracas que lui causait la gestion de son Soleil d’Or et de cette bande de lapins crétins.

Bonne Journée
Textor   

7 commentaires:

Benoît a dit…

Textor, je viens d'entrer en possession d'une série de catalogues Sothebys "with many plates" années 10 à 40, qui je crois vous plairont, de mémoire évoquant plusieurs exemplaires au Soleil d'Or, des ms. médiévaux, le tout annoté par le bibliophile normand Jean Lafond...

Lauverjat a dit…

Très bonne information, j'achète ce livre, merci Textor.

Lauverjat

Textor a dit…

Merci Benoit d’avoir pensé à moi pour ces catalogues. Il se trouve que je dois déjà avoir à peu près tous les catalogues Sotheby‘s pour la période 1921-1943, legs d’un bibliophile attentif aux grandes ventes de l’entre-deux guerres.

Puisque cet article est consacré aux corrections typographiques, j’en signale deux qui ont échappé à mes relectures : Passeurs de Textes (avec un s) et devant pour devenant ! (au dernier paragraphe) :)

Textor

PS : Bertrand, non je ne me prends pas pour Octave Uzanne (pas encore !) j’ai utilisé l’expression Business Woman en référence à Beatrice Beech.

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

Corrections faites ! (et pourtant j'avais lu attentivement ...)

B.

Textor a dit…

Merci Bertrand, c'est moi qui devrait mieux me relire ! Enfin, voilà deux fautes que Louis Miré n'aura pas besoin de reprendre...
Textor

calamar a dit…

comme Lauverjat, voici mon prochain achat...

Textor a dit…

Voilà, les ventes s'envolent ! Comme quoi, il suffit d'un blog pour créer un choc de compétitivité !

Textor

PS: Je précise que, tout comme Bertrand, je n'ai aucun intérêt dans cette Ecole des Chartes, n'étant pas chartiste moi-même...:)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...