samedi 13 avril 2013

La devinette du Textor : 1370 (NDLR : on est pas si loin que cela du Nom de la Rose ...)


Manuscrit datant de 1370


Bonjour à toutes et à tous,

J’ai un petit jeu de déchiffrement à proposer aux bibliophiles (et bibliofilles remises de leur émotion).

Je bute sur ce texte, il est vrai un peu effacé, et je me dis que certains d’entre nous ont sans doute des talents de paléographes.

Voilà ce que je lis : « Doux mille ans depardon côtient ceste orason aqui de… la di.. entre la levason du corps … … et dernier ag … que dôna et octroya le pape boneface lo VI a la persôn du roy phillipes. »

C’est une allusion à la querelle entre Boniface VIII et Philipe le Bel, mais j’aimerais comprendre de quoi il retourne. l'ouvrage est de 1370, alors évidemment, l'orthographe est un peu olé olé, cela ne facilite pas ! 

Amitiés bibliophiliques
Textor

19 commentaires:

Pierre Bouillon a dit…

"...dévotement..."

Pierre Bouillon

Pierre Bouillon a dit…

"...la dira entre la levaison du corps jusqu'au dernier âge..."

PB

Pierre Bouillon a dit…

...et probablement:
"...en donnant et octroyant le pape..."

Salutations,
Pierre Bouillon

Anonyme a dit…

plutôt que jusqu'au, je pense qu'il faut lire "Ihùs Crist et" (Jesus Christ et). Pour le reste, je suis d'accord avec Pierre et Textor bien sûr ...
Philippem

Textor a dit…

Bonjour à tous et bravo pour cette recherche collective !

Le texte s’éclaire maintenant.

Il n’y a que le mot « Age » qui me chiffonne. (Il y a plus de lettres)

Deux mille ans de pardon contient cette oraison à qui dévotement (devotamt ) la dira entre la levaison du corps (de) Jésus-Christ et (le )dernier age ? que donna et octroya le pape Boniface le VI(II)ème à la personne du roy Philippe (le Bel.

Textor

Anonyme a dit…

a qui devotem[en]t la dira entre la levac[i]o[n] du corps Ihu crist et dernier agnus
(il s'agit de la messe, il faut dire la prière en question entre le moment de l'élévation de l'hostie et la dernière reprise de "agnus dei")

Et sur le modèle de l'abréviation qui permet de lire "levacion" pour notre moderne "élévation", plutôt que "a la personne" je propose de lire "a la peticion", c'est à dire "à la demande" du roy Philipe.
Bien à vous, Dryocolaptès

Textor a dit…

Excellentissisme Dryocolactès, un grand merci, je reste ébahi par tant de savoir !
(Outre le savoir – je ne connais pas votre âge - mais vous avez encore de bons yeux ! :)

Je n’étais pas très satisfait du mot « personne » car le « r » ne collait pas avec ceux qu’on voit plus haut. Maintenant « pétition » saute aux yeux !

Donc pour résumer cette digression en français (qui apparait à la suite d’une d’oraison dans un livre d’heures que je vous présenterais un jour plus amplement) nous dit qu’on aura droit à 2000 ans de pardon en récitant l’oraison pendant la messe entre l’élévation et le dernier Opus Dei, à l’instar du pardon donné par le Pape Boniface à la pétition du roi Philippe.

Merci à Tous !
Textor

Anonyme a dit…

passionnant cet éclairage progressif. Je suis plein d'admiration. Mais que vient faire "l'Opus Dei" dans cette histoire ? Dryocolaptès vous avait bien dit : Agnus Dei. Il faudra retourner à la messe cher Textor pour vous remettre les choses en place!!!!
Merci en tous cas pour vos interventions sur différents blogs, on en sort toujours enrichi.
Patrick C.

Anonyme a dit…

Ah, merci Dryocolaptès, un vrai paléographe, c'est quand même mieux ...:-) Effectivement tout s'éclaire.
Philippem

Textor a dit…

Aïe, la boulette ! Agnus Dei bien sur, pas Opus Dei !!
l'influence de Dan Brown sans doute ...
Bon Dimanche quand même !
Textor

Pierre a dit…

Je ne sais pas si cela peut vous éclairer mais cette prière avant l'Agnus Dei, c'est le "Notre Père" (aujourd'hui). Pierre

Textor a dit…

Bonsoir Pierre,

En l’espèce, ce n’est pas le Notre Père, la page commence par une oraison : Ave Verum Corpus natum de Maria Virgine/ Vere passum, immolatum in cruce pro homine, etc

Suivie d’une autre oraison, - celle qu’il faut prononcer pour avoir les deux mille ans de pardon - qui débute par oro (en rouge, pour oraison) puis Dulcis ave sangis mala de fidemui ptege me sangis r demorsi…. (que je n’ai pas réussi à identifier et que je lis mal). Et qui se termine, comme vous le voyez sur l’image par caro sangis et Vuda ? verbum...etc.

Textor

Strychnine a dit…

Enrichissant de lire comment cette énigme a été résolue, complétée par des savoirs différents... même par des petites bêtes... Dryocolaptès ^^ !!

Je pense vous contacter bientôt pour une énigme concernant un ouvrage que je possède dont je cherchais sur votre site le nom probable du relieur... je n'ai pas fini mes recherches !!... votre site est si riche !

Au plaisir de vous lire.

Textor a dit…

Bonjour Strychnine,
Il y a un moteur de recherches sur le blog en haut à gauche. Mais il vaut déjà avoir une idée du nom du relieur ... :)
Bonne Journée
Textor

Pierre a dit…

Petite recherche personnelle : L'Ave verum corpus [...] est le fameux motet Au corps du Christ mis en musique, entre autres, par Mozart. Pierre

Textor a dit…

Pierre, Je sens que vous vous intéressez au sujet et que je vais pouvoir vous revendre très cher mon livre d'heures !! :)
T

Anonyme a dit…

"... verbum caro factum est et habitabit in nobis deo gratias"

Dryocolaptès

Textor a dit…

… Et le Verbe s’est fait chair … Dryocolaptès, on ne vous arrête plus dans les transcriptions de vieux grimoires ! !

Ce qui va m’inciter à demander à Bertrand de présenter une autre page de ce livre sur laquelle je m’échine depuis deux jours à traduire le texte. Quand, je dis « traduire » c’est une façon de parler car c’est du français mais contrairement aux textes en latin "standardisés" ( canons de la messe, psaumes, hymnes, etc) les passages en français ne se retrouvent pas sur internet et il faut être un vrai paléontologue pour les déchiffrer.
Textor

Textor a dit…

Voulais dire paléographe, bien sur !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...