lundi 5 juillet 2010

Histoire d'un livre, histoire d'une édition : Le bâtard de Mauléon par Alexandre Dumas père (1846-1847).


Histoire d'un livre, histoire d'une édition. Je ne sais pas encore si ce sera le titre d'une nouvelle thématique de billets pour le Bibliomane moderne ou une simple lubie d'un soir. Je vis la chose bibliomaniaque comme je sens au moment où je sens. Au risque d'improviser à côté... mais qui ne tente rien...

Ce soir j'avais envie de vous parler d'un livre, d'une édition ou plutôt des éditions d'un même livre.

Le bâtard de Mauléon par Alexandre Dumas. Tome premier à quatrième, suivi d'une suite et fin du bâtard de Mauléon (addition au tome quatrième et dernier).

4 tomes en 1 fort volume in-18 (14,5 x 9,5 cm) de 172, 150, 165 et 200 pages.

Publié à l'adresse suivante : Bruxelles, Alph. Lebègue et Sacré fils, imprimeurs-éditeurs, 1846-1847 (seul le quatrième tome et dernier porte la date de 1847).

Ce n'est pas l'édition originale mais une édition belge comme on peut le constater. Encore un roman historique écrit en collaboration avec Auguste Maquet ! (*) L'édition originale du Bâtard de Mauléon est ainsi décrite par Georges Vicaire dans son Manuel de l'amateur de livres du XIXe siècle, tome III, col. 376 :

Le Bâtard de Mauléon, par Alexandre Dumas. Paris, Alexandre Cadot, éditeur, 32, rue de la Harpe, (Sceaux, impr. E. Dépée), 1846-1847. 9 vol. in-8, couv. impr. Édition originale publiée à 7 fr. 50 le vol.

Comme on peut le constater les dates d'édition entre l'édition parisienne (EO) et l'édition belge sont identiques. Qu'est exactement alors cette petite édition belge ? Une simple contrefaçon faite sur l'EO parisienne publiée chez Cadot ? Une édition pré-originale publiée avant l'édition Cadot ? On sait que ce roman mineur du grand romancier a paru d'abord en feuilleton dans la presse, dans le journal "Le Commerce" exactement, durant l'année 1846. Ce roman avait été tout d'abord refusé par Le Presse.


On ne saura sans doute jamais ce qu'était cette petite édition belge et si elle mérite d'être considérée ou non. Je vous laisse de votre côté vous faire votre idée. Sachez toutefois que l'EO parisienne chez Cadot est pratiquement introuvable, comme presque toutes les EO in-8 des œuvres de Dumas père d'ailleurs. Il faut quelquefois sacrifié à l'ignorance pour pouvoir accaparer quelques instants un titre de l'auteur désormais immortel des Trois mousquetaires et du Vicomte de Bragelonne.

Bonne soirée,
Bertrand

(*) Pour Le Bâtard de Mauléon, Maquet doit achever tout seul le roman, Dumas n'ayant pas écrit les deux derniers des huit volumes prévus. La fiche complète du Bâtard de Mauléon est présentée sur le site dumaspere.com

1 commentaire:

Textor a dit…

Amours, intrigues, batailles rangées, capes, épées, ah ! les beaux romans de notre enfance, on n’écrit plus des choses pareilles de nos jours.

Savez vous que l'histoire du bâtard de Mauléon est tirée d'un manuscrit rédigé par le chroniqueur Jehan Froissart, que Dumas dit avoir eu la chance de retrouver ? Invention ? J’aimerais bien découvrir un manuscrit inconnu de Jehan Froissart !

« Le réel quelquefois désaltère l'espérance. C'est pourquoi contre toute attente, l'espérance survit. » disait René Char.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...