dimanche 4 juillet 2010

Revue de presse bibliophilique, Plume magazine n°52 : Le SLAM : Vers de nouveaux horizons ?



A-t-on le droit de commenter la presse spécialisée bibliophilique ? Je pense que oui. Je vous laisse juge. J'ai été personnellement très "interpellé" par le billet qui a été publié dans le n°52 de la revue autographophile et bibliophile "Plume Magazine" (Le Magazine du patrimoine écrit).

On dit toujours que les paroles s'envolent et que les écrits restent, cela tombe bien, je vous propose de l'écrit qui restera donc. Cet article signé de M. Pascal Fulacher est une présentation du SLAM (Syndicat de la Librairie Ancienne et Moderne), nouveau bureau, avec la présentation du nouveau président M. Alain Nicolas et des nouvelles missions et objectifs à atteindre.

Je vous laisse lire cet article :

"Docteur ès lettres, expert près la Cour d’Appel de Paris, Alain Nicolas qui succède à la présidence de ce syndicat à Frédéric Castaing, assume pour la seconde fois cette fonction puisqu’il y avait déjà exercé un premier mandat à la fin des années 80. Homme d’expérience - il a également présidé la Ligue internationale de la librairie ancienne (LILA) et moderne au cours de deux mandats successifs à la fin des années 90 - Alain Nicolas entend revenir aux principes fondamentaux énoncés dans les statuts de cette association professionnelle. Défendre et servir les intérêts matériels et moraux de ses membres figurent parmi ses objectifs premiers : « il nous faut consolider notre position dans un secteur où de nouveaux intervenants ont commencé à apparaître, notamment les maisons de vente qui seront demain autorisées à faire du commerce de gré à gré et représenteront une concurrence redoutable, estime-t-il tout en précisant que, la meilleure façon de lutter, c’est d’être exemplaire, de proposer des ouvrages de qualité, bien décrits dans des catalogues irréprochables : notre savoir-faire est notre principal atout ». Fournir à ses adhérents davantage d’informations pratiques et professionnelles, notamment à travers la lettre d’information constitue une autre de ses priorités. Enfin, représenter la profession auprès des pouvoirs publics mais aussi des instances professionnelles, notamment auprès de la LILA est un autre axe que le nouveau président compte bien développer : « il nous faut aujourd’hui renforcer nos liens avec d’autres pays, comme la Russie et la Chine qui viennent de rejoindre la ligue internationale, car l’avenir de notre métier passe par une visibilité accrue à l’étranger » ajoute-t-il. Cette présence renforcée sur la scène internationale se concrétisera par une participation active aux grandes manifestations en Europe mais aussi sur d’autres continents, et par la mise en place d’un nouveau site internet. Pour mener à bien sa politique, Alain Nicolas s’appuiera sur un bureau renouvelé pour moitié où viennent d’entrer Claude Blaizot et Anne Lamort, deux libraires dont le professionnalisme n’est plus à démontrer. Quant au Salon international du livre ancien, vitrine prestigieuse de la profession, organisé par le SLAM, il sera, dans la mesure du possible, maintenu au Grand Palais malgré le coût et des contraintes de date : « La rentabilité de ce salon est loin d’être acquise, et les dates qui nous sont proposées sont le plus souvent contraignantes, mais nous ferons tout pour maintenir ce salon au Grand Palais » affirme Alain Nicolas."

Pascal Fulacher

Prochainement je vous parlerai du temps pas si vieux où le SLAM publiait une petite revue intitulée Le Bouquiniste français qui deviendra le Bulletin de la Librairie ancienne et moderne, pour finalement disparaitre.

Vos commentaires sont évidemment les bienvenus.

Bonne journée,
Bertrand

12 commentaires:

Lauverjat a dit…

Êtes-vous sûr que cet article marquera les mémoires?

Lauverjat

Bertrand a dit…

Êtes-vous sur que c'est pour cette raison que je le partage avec vous ? (sourire)

B.

Vincent P. a dit…

Ou comment faire du neuf avec du vieux...Ou encore l'art d'accommoder les restes comme on fit en cuisine...

Vincent P.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

De quoi sagit-il ?
Suis-je fatigué au point de ne plus comprendre les subtilités toujours très positives de notre ami Gaulois ?

Bertrand a dit…

Cher Rhemus le gaulois va bien !

Rien de plus que ce que j'ai dis, un article publié dans le n°52 de la revue Plume (excellente revue au demeurant), article de présentation par Pascal Fulacher du nouveau président du SLAM et des objectifs et mission de ce dernier. Petit article que je souhaitais donné ici en lecture à tous. Rien de plus.

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Alors...booff...
Pas très original comme discours d'entrée. Je suis pourtant loin d'être un révolutionnaire, mais le conservatisme à ce point-là, quand la librairie ancienne est autant malmenée ...
Vive l'indépendance créative !

Textor a dit…

Bertrand, à la suite d'une révolution de palais, le SLAM vous nomme Président par intérim, quel serait les grandes lignes de votre programme ? ...

T

Bertrand a dit…

Je me garderais bien d'accepter une place aussi difficile à tenir.

Et puis je ne suis guère amateur de ce genre de coteries.

Il faudra chercher ailleurs. Un blog fait de partage et de passion suffit amplement à mon bonheur et j'ose le croire, au vôtre.

B.

Textor a dit…

Répondre à coté, c'est déjà un bon début en politique !! :)

Bertrand a dit…

Je travaille ma langue de bois avec toute l'opiniâtreté que nécessite pareil exercice.

Je me donne pour maître un de mes amis qui m'explique à l'envie que parler pour ne rien dire n'est pas mentir. C'est déjà ça !

B.

Pierre a dit…

Les représentants du SLAM actuel n'ont peut-être pas moins démérité que leurs ainés.

J'imagine que cette entreprise bénévole doit entrainer comme c'est souvent le cas beaucoup plus de critiques que d'éloges. Les jeunes volontaires aux postes de responsabilité ne doivent pas courir les rues... Pierre

Bertrand a dit…

Pierre... un siège vous attend ! (sourire)

PS : ma nature me porte naturellement à être un farouche contestataire, un violent pamphlétaire, un critique dogmatique et un candidat à la non-candidature.

Comme j'aime le dire à mon épouse :

"Le plus grand des pouvoirs est de faire le choix de ne pas en avoir".

Comme à l'Académie, vous nous direz le numéro de votre siège.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...