lundi 26 mars 2012

Fiche de libraire : le Nostradamus d'Amsterdam, 1668 relié en maroquin rouge ancien.

Voici encore une fois une fiche de libraire qui nous donnerait envie d'être bibliophile si nous ne l'étions pas déjà. Nostradamus ! en belle édition ancienne ! dans une reliure en maroquin ! ... il ne manque plus que des armes et une provenance prestigieuse pour faire planer ce livre dans les nuées ardentes du paradis bibliognoste, très haut.

Qu'importe, voici un be exemplaire de cette édition "fort rare et qui se vend fort chère" selon Eugène Bareste et de nombreux autres bibliographes d'ailleurs. Il semble que cette édition a été recherchée de tout temps en belle condition.

Je ne vais pas répéter servilement ce qu'écrit la fiche ci-dessous rédigée par un libraire parisien (2012). Tout est dit ! Cet exemplaire est proposé au prix de 15.000 euros. Le prix de l'excellence !

Je vous laisse lire en détail et admirer, tout simplement.





























































Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne 

27 commentaires:

Textor a dit…

C’est là qu’on voit tout le talent du libraire qui laisse croire que cette édition de Nostradamus vaudrait un Montaigne de 1587. Il oublie de dire que nos grands-parents étaient fanatiques des éditions des Elseviers alors qu’aujourd’hui leur sage typographie n’a plus la cote.
Par ailleurs, la reliure ne parait pas contemporaine de l’impression, plutôt fin 18ème, non ?
Bref, je crois qu’en enlevant un zéro, nous approchons davantage du juste prix… :)
Enfin, les prédictions de Nostradamus s’achèvent en 2013, il est urgent de déstocker l’ouvrage avant qu’il ne soit trop tard !
Textor

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je confirme pour fin 18ème pour la reliure.
Il y a encore le fleuron typique grenade et une esthétique du dos qui fait penser au dos long 19ème.
Bonne journée,
Bien à vous,
Sandrine.

calamar a dit…

les prédictions s'achèvent en 2013 : c'est cohérent avec le 21 décembre 2012.

Textor a dit…

Pourquoi, que va -t-il se passer le 21 décembre 2012?

@Sandrine, votre commentaire laisse suggérer une reliure pastiche du 19ème? ce qui est possible. J'ai lu quelquepart que les bibliophiles mas-tu-vu du 19ème ne pouvaient pas se contenter de laisser leur exemplaire acheté à prix d'or dans un quelconque maroquin du XVIIème s. et qu'ils le faisaient donc rhabiller par les plus grande signatures du moment. Très peu d'exemplaires en définitive ont survécu avec la reliure d'origine.

Textor

sandrine a dit…

@Textor,
je ne suis pas sure de moi, mais il me semble que le maroquin rouge présente des grains longs.
Ou est-ce un effet de la photo?
Je me souviens d'une énigme sur ce blog, où il était question de maroquin ancien 18ème et de dorure. Celle-ci fait quand même ancienne. Un petit air de vieux.
De quand date l'apparition du titre en long?
J'ai lu quelque part que jusqu'en 1780 les titres étaient dorés lettres à lettres. L'apparition du composteur daterait de la fin du 18ème.
Ce ne sont que suppositions. C'est quand même un très bel objet.
Bien à vous,
Sandrine.

Bertrand a dit…

Inutile de tergiverser pendant des heures pour voir que cette reliure date des années 1770-1780 à quelques années près. Le titrage en long parait ici, ainsi que le décor, une petite fantaisie du relieur, qui conserve toutefois les habitudes des palettes en tête et en queue du dos ainsi que les filets dorés.

Evidemment ce livre est rare en maroquin ancien (on dit maroquin ancien pour ne pas dire maroquin qui n'est ni du XIXe s. ni de l'époque). Les exemplaires en maroquin de l'époque de ce livre doivent se compter sur les doigts d'une main et encore. Je n'en n'ai répertorié aucun. Presque tous les exemplaires qu'on trouve aujourd'hui en en reliure du XIXe second empire (vers 1860-1870, Trautz, Duru, Lortic, etc).

Quant au prix. Il parait (enfin c'est souvent ce qu'on a clamé ailleurs qu'ici) qu'il s'agit d'une entente entre l'offre et la demande. Alors s'il est affiché à ce prix c'est que la demande doit (parfois) être à la hauteur.

Reste à savoir si le prix d'un ouvrage en fait sa valeur (mais là c'est métaphysique... le soleil tape... c'est l'heure du dieu Hoogaarden)

B.

sandrine a dit…

Mais, on vous a faché?
C'était histoire de discuter et de chercher des détails.
Il n'empêche que les bibliophiles du 19ème étaient m'as-tu-vu.
Et que ce livre est cher. Je suis toujours étonnée des prix de ce niveau là. Sans plus de jugement que cela.

S.

Bertrand a dit…

Mais pas du tout Sandrine, la datation de cette reliure ne me semble faire aucun doute.

Pour le prix des livres vous savez c'est une autre histoire.

Visiblement ce n'est pas une science exacte.

B.

Textor a dit…

Bon, ne mégotons pas, cher ou pas cher, ce livre est décrit partout comme étant très bien imprimé et j'aimerais bien avoir le même sur mes rayons...
Textor
PS Et d'ailleurs pourquoi rattache-t-on à la collection des Elsevier des livres imprimés par d'autres? J'ai déjà vu le cas avec un petit ouvrage de Samuel Sorbière qu'on dit "rattaché aux Elsevier".

Bertrand a dit…

Qui sait Textor ! Faites une prière au Père Noël des bibliophiles et peut-être demain en aurez-vous un exemplaire dans votre boîte aux lettres, tout aussi beau, en maroquin "ancien" de la fin du XVIIIe siècle (peut-être même du milieu du XVIIIe s.).

Faites de beaux rêves Nostradamiques !

B.

Textor a dit…

Je vais aller vérifier mon horoscope ! Bonne nuit !
T

Anonyme a dit…

Le prix est toujours relatif à la clientèle. J'en ai l'exemple avec un confrère (et ami) parisien qui m'achète régulièrement, même des choses que je pense avoir affiché bien cher. Il affiche ensuite entre 3 et 10 fois son prix d'achat. Et il revend même à des confrères de l'autre rive, qui affichent plus cher, mais ça permet de dire : j'ai acheté chez untel à tel prix, même s'il aurait pu payer le quart chez un autre.

Un marchand indique le prix en rapport avec sa clientèle réelle ou supposée.

Textor a dit…

Cette pratique s'appelle établir le prix à la tête du client , c'est particulièrement discrimatoire et n'a rien à voir avec l'offre et la demande. Cest illégal !!
Bon, néanmoins, la prochaine fois que je rentre dans une librairie je mettrais mon vieux jean élimé, çà peut marcher...
T

Anonyme a dit…

Bonjour,
un yaourt nature sans sucre au George V vaut 75 euros ....
cela laisse songeur: idem pour le Nostradamus .
David

Textor a dit…

David, il faut changer de cantine! Au Bouillon Racine le riz au lait est à 7,5 € !! :))

sandrine a dit…

Nous n'avons pas les mêmes valeurs ...
;-)
Vive la cantine.
S.

Anonyme a dit…

En fait j'exagère un peu ( c'est mon côté marseillais) pour 75 euros vous avez droit en plus à un café , un fruit pressé, et une viennoiserie....(sourire)
si le GV était ma cantine le Nostradamus searait déjà dans ma bibliothèque...
Vous avez raison le riz au lait est certainement une meilleure affaire .....

Textor a dit…

Le hasard du calendrier (ou bien quelques conjonctions astrales pseudo-pythagoriciennes) a voulu que je reçoive aujourd’hui au courrier un colis contenant justement un Nostradamus de 1668, dans un plein maroquin vieux rouge du XVIII ème s., d’assez belle apparence, ma foi. (non il ne vient pas de chez Sourget !) .

Je comprends l’engouement des bibliophiles pour cet ouvrage. Il déchire, comme dirait ma petite-cousine.

Saviez-vous que Michel de Nostredame, nom choisi par son père au moment de sa conversion au catholicisme, ne se traduit pas en latin par Nostradamus mais par Domina-nostra. Nostra Damus voulant plutôt dire « nous donnons les choses qui sont les nôtres »… Quel diable d’homme !

Je vais m'ouvrir un yaourt pour fêter cela !

Textor

Anonyme a dit…

Son pere à qui ont doit la
première histoire de provence ....
superbe

Anonyme a dit…

Son pere à qui ont doit la
première histoire de provence ....
superbe

bon appétit bibliophilique Textor

David

Anonyme a dit…

Sans vouloir "pinailler", c'est à son fils, César, que l'on doit l'Histoire et chronique de Provence". Je ne sais pas trop ce que l'ouvrage vaut du point de vue historique, mais il présente un très beau titre-frontispice ...
Philippem

Anonyme a dit…

Oups
autant pour moi son fils en effet

sandrine a dit…

Je viens de decouvrir que Nostradamus avait également écrit sur les confitures.
On le connait essentiellement pour ses prédictions.
S.

Textor a dit…

Sandrine, Nostradamus était en avance sur son temps, d’autant plus facilement qu’il prédisait l’avenir.
Il avait aussi prévu le développement du Groupe L’Oréal dans son traité sur les fardemens. Pour l’instant, je cherche, mais je ne vois rien sur la famille Bettencourt….
T

Anonyme a dit…

Mmmm, je vois!
Sandrine.

cleamounette a dit…

Nostradamus prédicateur de fin du monde et de guerre nucléaire

Textor a dit…

Et la victoire de Hollande ?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...