jeudi 19 avril 2018

"Le voila donc terminé, cet Ouvrage, que je ne croyais pas terminer ! Je suis parvenu à le mener à sa fin, à-travers mille-obstacles, mille dangers !" (Rétif de la Bretonne, l'Année des Dames Nationales, 1794).

Page (3827) et avant-dernière du XIIe et dernier volume de
l'Année des Dames Nationales (1794)
      Nous partageons avec les lecteurs du Bibliomane moderne ce petit texte de Rétif de la Bretonne. Il est âgé de 60 ans et vient terminer le douzième et dernier volume de la série l'Année des Dames nationales publié en 12 volumes entre 1789 et 1794.
      Nous avons rarement vu des volumes aussi mal imprimés et sur si mauvais papier. Les têtes de clou (caractères typographiques très usés) qui ont servi à l'impression sur un mauvais papier à chandelle (papier gris, inégal, mou, etc) comme l'écrivait déjà Charles Monselet en 1854, laissent au lecteur de ce début de XXIe siècle une impression étrange, à la fois l'impression de la volonté farouche de voir un ouvrage imprimé, de l'autre toutes les difficultés liées à l'impression d'un volume à la fin de la période révolutionnaire.
      Dans ces quelques lignes vous retrouverez tout l'esprit de Rétif, son orthographe que nous avons scrupuleusement recopié, le patriote opportuniste décrit par ses biographes.
      Bonne lecture !

      Bertrand Hugonnard-Roche


Le voila donc terminé, cet Ouvrage, que je ne croyais pas terminer ! Je suis parvenu à le mener à sa fin, à-travers mille-obstacles, mille dangers ! La banqueroute que m'a faite Maradan, l'interrompit dès le 2d Volumes. Je fus ensuite la Victime de 2 Associations ruineuses, ét d'achats de caractères. Pressé de commencer les RESSORTS DU CŒUR-HUMAIN DÉVOILÉS, je mis au  Ires Epoques de cet Ouvrage, des fonds, qui auraient avancé l'ANNÉE-DES-DAMES NATIONALES, que je ne voudrais nommer que le KALENDRIÉR DES CITOYÉNNES, le nom de DAMES ne convenant plus. Mais l'Ouvrage était entièrement composé avant la Revoluçion, puisque la dernière NOUVELLE, inscrite sous le porche de la rüe BRETONVILLIÉRS, ILE DE LA FRATERNITÉ, est du 7 juillet 1789. L'impression a duré 6 années entières, fin de 89, 90, 91, 92, 93 et commencement de 1794 ; et les frais l'en montent à près de 30-mille livres, par la grande cherté du papier, etca. Je n'ai pas fait cette dernière SUITE des CONTEMPORAINES comme je l'aurais voulu : Brûlant d'un pur patriotisme, il fut un temps de cette impression, où il fallait le deguiser : Depuis, j'ai souvent été malade, ét la Case a été abandonnée à d'Autres : Que mes Lecteurs m'excusent : J'ai toujours été un Citoyén aimant le but de tout gouvernement sage : Je n'ai  jamais cherché à troubler, même en desirant plus vivement que d'Autres la reformacion des abus. Adieu, mon Lecteur Republiquain : Ne vois dans ces NOUVELLES, que des faits vrais, que je ne pouvais corriger, sans leur oter leur utilité. Tu y trouveras des mœurs qui ont été ; aulieu que les Romanciérs ne te donnent que des mœurs factices, enfans de leur imaginacion, ét par conesquent (sic) sans utilité pour les mœurs. L'infâme Robespierre fut executé le 10 Termidore. (*)

(*) pp. (3827) du XIIe et dernier volume titré : L'Année des Dames Nationales. Décembre. Nord-d'ouest de Paris. A Paris chéz J. B. Garnery, Libraire, rue Serpente, n°17. Sans date (1794). Notre exemplaire porte le titre de relais "LES PROVINCIALES : ou HISTOIRES des Filles et Femmes des Provinces de Fance, dont les Aventures sont propres à fournir des sujets dramatiques de tous les genres."

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...