lundi 30 avril 2012

Quelques photographies du Salon International du Livre Ancien au Grand Palais, édition 2012 à Paris les 27, 28 et 29 Avril 2012.


L'édition 2012 du Salon du livre ancien, associé au Salon de l'estampe et du dessin, au sein du prestigieux Grand Palais, à Paris, est bien finie ! Deux jours ne m'auront pas suffit (jeudi soir et vendredi) pour apprécier à leur juste valeur et dans le détail les milliers de livres et les milliers de dessins et estampes qui y étaient présentés. Cependant je suis revenu heureux et comblé (frustré aussi...). Heureux parce que j'ai passé d'agréables moments au milieu des beaux livres en compagnie de mes amis Eric (Librairie L'Escalier des Sages), Xavier (bibliophile), Textor (bibliophile), Jean-Marc (bibliophile), Samuel (bibliophile-libraire), Nicolas (bibliophile-libraire), et de nombreux autres qui se reconnaîtront. Les photographies que vous pourrez voir ci-dessous montrent le stand D1 de la librairie Eric Zink (Librairie L'escalier des Sages). Je n'étais équipé que de mon iPhone 4 et en rapidement en panne de batterie, je n'ai pu faire autant de photographies que j'aurais souhaité.














Voici donc un tout petit bout de Salon vu par la lorgnette du Bibliomane moderne. J'ai été heureux de faire la connaissance "en chair et en os" de M. Dutel, ainsi que de nombreux autres que je ne connaissais bien souvent que par mail ou par téléphone. Il faut souligner ici l'extrême sympathie de tous les libraires que j'ai pu croiser sur le salon. Membre du SLAM depuis le début de l'année 2012, je n'exposais pas cette année. Pour être franc, après mûre réflexion, je pense que faire le Grand Palais, même si c'est un objectif enviable pour tout libraire désireux de se faire connaître, n'est pas chose aisée : coût important, bonne dose de stress et d'adrénaline durant plusieurs jours et de longues semaines de préparation. A l'heure actuelle je ne suis pas certain que ce soit le genre de manifestation qui m'épanouirait. A voir donc pour l'an prochain, mais finalement, il y a assez peu de chance pour que je me décide positivement. Il m'aura fallut 10 ans pour envisager intégrer le SLAM, il me faudra bien encore 10 ans pour me décider à faire le Grand Palais ! (sourire).

Quoi qu'il en soit, ce fut un grand moment. Evidemment ce salon peut vite faire perdre la tête. Je suis reparti en me disant que c'était tout de même dommage de ne pas avoir encore 30.000 euros en poche... qui m'auraient permis d'assouvir jusqu'au bout ma passion. Et puis on prend le TGV du retour, on réfléchit, on se dit que 30.000 euros ce n'est pas rien ! Alors on oublie... et tout va mieux.

J'espère que de votre côté vous avez réalisé de nombreuses et très belles affaires.

Bonne semaine,
Bertrand Bibliomane moderne

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui, quelques belles pièces ramenés dans ma musette ; seule ombre au tableau (de chasse), j'ai fait des achats pour les six mois à venir. !
Le GP 2012 : grand cru
Xavier

Pierre a dit…

Avec le temps, on change et c'est tant mieux ! On constate que le syndicat de la librairie ancienne n'est pas un club de professionnels hors d'ages, nantis et méprisants pour les jeunes confrères qui s'installent mais une association bénévoles de personnes des deux sexes, dynamiques et audacieuses. La réussite de ce salon est la meilleures preuve qu'il ne faut attendre forcement 10 ans pour y entrer ni 10 ans pour y participer ;-))

Seul bémol, quand on participe à un salon on a pas le temps de le visiter !! Pierre

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

j'ai envie de dire Pierre : à chacun son rythme, à chacun ses envies.

Surtout, parce qu'on fait partie d'une association, d'un syndicat, ou d'un club, ne jamais en oublier ses convictions profondes pour autant. Ce que je sais très bien faire.

Je ne doute pas que l'on puisse monter très vite, très haut. Tout est question de choix et d'envie.

Par ailleurs j'ai eu tellement le loisir de le visiter que je me suis cru finalement exclusivement bibliophile. Quel luxe !

B.

Anonyme a dit…

Il y a deux endroits ou les parrains sont indispensables, à la Mafia et au SLAM !... :) A quand un système d’adhésion démocratique transparent sans copinage, pourquoi pas un examen d'entrée avec entretien devant un jury indépendant, afin que tous libraire honnête et transparent puisse en faire parti ?? Avez vous constaté le nombre de livres restaurés présents sur le salon, voir de livres reconstruits à outrance, ce sans aucune information des libraires dans les fiches!... C’était impressionnant, il y avait aussi en majorité bien sur de très belles pièces parfaitement authentiques ...m'enfin c'est dommage de couvrir de telles pratiques, même si elles sont minoritaires et à la marge...

un visiteur attentif

Pierre a dit…

Je ne crois pas que le Slam soit un tremplin pour monter très haut et très vite, en fait. C'est simplement faire partie d'une communauté et en tirer bénéfice (ne voyez aucune connotation financière dans ce propos !).

Quand à y entrer, je ne crois pas que cela soit bien difficile si l'on est capable d'en payer la cotisation. C'est le même principe pour les club-service. Il faut voir le parrainage comme une reconnaissance des autres pour notre mérite et non pas un examen de passage ; ça c'est pour devenir expert...

J'en parle d'autant plus facilement que je n'en fais pas partie ;-)) Pierre

sebV a dit…

Quel est l'avantage pour un libraire de faire parti du SLAM ? (à part un estampillage qui n'est par forcément connu des acheteurs)

calamar a dit…

tous ces articles sur ce Salon, ça donne vraiment envie d'y aller !

Anonyme a dit…

Est-ce que je me trompe en disant que c'est comme le syndicat de la reliure, c'est très parisien et pas forcément au fait de ce qui se passe ailleurs?

Il n'y a rien de péjoratif dans mes propos, c'est juste une question-constat.

Une amie eleveur de bovins voit ses pertes d'exploitation couvertes sous certaines conditions, par leur syndicats(qui n'est pas politisé, entendons-nous bien),
C'est vrai qu'entre les eleveurs de vache et les libraires, il y a à peu près autant de ressemblance qu'entre rien et rien.

Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'ils ne font pas de cocktails avec les cotisations des adhérents qui sont à perpéte-les-oyes, ou seulement des cocktail molotov qu'ils balancent contre les préfectures, quand ils sont pas contents du prix au kilo!

Ah! tiens j'suis en forme ce soir!
Bien à vous,
Sandrine.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...