mercredi 14 novembre 2018

Choderlos de Laclos. Description matérielle de l'édition des Liaisons Dangereuses portant le millésime 1788 "A Amsterdam et se trouve à Paris, chez Durand neveu".

     

      Cette petite étude fait suite à celle que nous avons donné dernièrement concernant l'édition des Liaisons dangereuses portant le millésime 1784 et l'adresse "A Amsterdam et se trouve à Paris, chez Durand Neveu. VOIR ICI.

      Avoir un exemplaire en mains est l'occasion pour le libraire d'en faire une description précise. Cette description est d'autant plus utile lorsque les bibliographes ne se sont pas penché sur son cas. C'est ce qui semble être le cas pour cette édition ancienne des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos parue sous le millésime de 1788 à l'adresse d'Amsterdam et Paris, chez Durand neveu.

      La bibliographie de référence concernant les éditions des Liaisons dangereuses portant le millésime 1782 a été écrite en 1963 par Max Brun et tirée à part de la revue "Le Livre et l'Estampe" (n°33 - Premier numéro de 1963). Cette petite plaquette au format in-8 (22 x 14 cm env.) se compose de 64 pages dont 1 tableau dépliant et quelques reproduction de pages de titres en fac-similés. Comme sont titre l'indique, cette étude s'attache à répertorier en détail les différents tirages et éditions portant la date de 1782. Néanmoins, à la fin, l'auteur cite et donne quelques intéressantes informations sur d'autres éditions postérieures portant les dates de 1787, 1792 et 1796. Rien n'est dit cependant concernant cette édition portant le millésime de 1788 dont nous donnons la description comme suit :

      L'édition que nous allons décrire porte le millésime M. DCC. LXXXVIII. [1788] sur les 4 pages de titre. Les volumes que nous avons en main sont de format in-12 (Hauteur des marges : 180 mm. - exemplaire broché ayant conservé ses marges). L'exemplaire étudié est broché conservé sous couverture de papier à la colle bleu (probablement légèrement postérieur, vers 1800/1820). Voici le texte des pages de titre. le symbole // marque la césure telle qu'elle apparaît sur chaque page de titre. Nous respectons l'orthographe et indiquons entre crochets [] les éléments qui donnent des informations supplémentaires.


Description :

      Il n'y a pas de faux-titre pour aucune des quatre parties.

Première partie :

LES LIAISONS // DANGEREUSES, // OU // LETTRES // Recueillies dans une Société, & publiées // pour l'instruction de quelques autres. // PAR M. C...... DE L. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] J'ai vu les mœurs de mon temps, & j'ai publié ces Lettres. // J. J. ROUSSEAU, Préf. de la Nouv. Héloïse. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] // PREMIÈRE PARTIE. // [fleuron composé typographique] // A AMSTERDAM , // & se trouve à PARIS, // Chez DURAND Neveu, Libraire, à la Sagesse, // rue Galande. // [double filet, celui du dessous légèrement plus court et plus mince] // M. DCC. LXXXVIII.

Seconde partie :

LES LIAISONS // DANGEREUSES, // OU // LETTRES // Recueillies dans une Société, & publiées // pour l'instruction de quelques autres. // PAR M. C...... DE L. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] J'ai vu les mœurs de mon temps, & j'ai publié ces Lettres. // J. J. ROUSSEAU, Préf. de la Nouv. Héloïse. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] // SECONDE PARTIE. // [fleuron composé typographique  - identique à celui de la partie 1] // A AMSTERDAM , // & se trouve à PARIS, // Chez DURAND Neveu, Libraire, à la Sagesse, // rue Galande. // [double filet, celui du dessous légèrement plus court et plus mince] // M. DCC. LXXXVIII.

Troisième partie :

LES LIAISONS // DANGEREUSES, // OU // LETTRES // Recueillies dans une Société, & publiées // pour l'instruction de quelques autres. // PAR M. C...... DE L. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] J'ai vu les mœurs de mon temps, & j'ai publié ces Lettres. // J. J. ROUSSEAU, Préf. de la Nouv. Héloïse. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] // TROISIÈME PARTIE. // [fleuron composé typographique  - différent de celui de la partie 1 et 2] // A AMSTERDAM , // & se trouve à PARIS, // Chez DURAND Neveu, Libraire, à la Sagesse, // rue Galande. // [double filet, celui du dessous légèrement plus court et plus mince] // M. DCC. LXXXVIII.

Quatrième partie :

LES LIAISONS // DANGEREUSES, // OU // LETTRES // Recueillies dans une Société, & publiées // pour l'instruction de quelques autres. // PAR M. C...... DE L. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] J'ai vu les mœurs de mon temps, & j'ai publié ces Lettres. // J. J. ROUSSEAU, Préf. de la Nouv. Héloïse. // [filet composé de plusieurs tirets longs et ornement au centre et aux extrémités] // QUATRIÈME PARTIE. // [fleuron composé typographique  - différent de celui de la partie 1 et 2] // A AMSTERDAM , // & se trouve à PARIS, // Chez DURAND Neveu, Libraire, à la Sagesse, // rue Galande. // [double filet, celui du dessous légèrement plus court et plus mince] // M. DCC. LXXXVIII.

      On constate une parfaite homogénéité des 4 pages de titre à l'exception des fleurons qui changent pour les parties 3 et 4 (identiques pour les deux premières et identiques pour les deux suivantes).


Voici le détail de la pagination :

Première partie : le feuillet de titre, l'avertissement de l'éditeur et la préface du rédacteur sont compris dans la pagination (I) à X. La première lettre commence à la page 11 jusqu'à la dernière page 160.

Seconde partie : le feuillet de titre est compris dans la pagination. La première lettre est paginée 3. 155 pages chiffrées au total.

Troisième partie : le feuillet de titre est compris dans la pagination. La première lettre est paginée 3. 148 pages chiffrées au total.

Quatrième partie : le feuillet de titre est compris dans la pagination. La première lettre est paginée 3. 159 pages chiffrées au total.


Répartition des lettres selon les parties :

La première partie contient les lettres 1 à 50.

La seconde partie contient les lettres 51 à 87.

La troisième partie contient les lettres 88 à 124.

La quatrième partie contient les lettres 125 à 175.


Papier :

      Le papier utilisé pour l'impression des 4 parties est d'assez bonne qualité, à vergeures horizontales. Nous n'avons pas relevé de filigrane.


Ensemble ornemental :

      Nous donnons l'ensemble des petits ornements en annexe à la fin de cet article (fleurons, bandeaux, culs-de-lampe, avec à chaque fois leur emplacement dans les différentes parties). L'ensemble du matériel typographique est assez réduit.


Leçons que l'on peut tirer d'après l'étude de Max Brun :

      Cette édition portant le millésime de 1788 possède une pagination très différente de toutes les éditions portant le millésime de 1782 décrites par Max Brun. Le nombre de page est le plus réduit que nous avons pu constater (160 + 155 + 148 + 159). Le tirage est grand in-18 (180 mm de marges). Le nombre de petits ornements (fleurons, bandeaux, culs-de-lampe) utilisés est très réduit. On remarque une similitude d'ornements entre les parties 1 et 2 et les parties 3 et 4.

     Si l'on compare maintenant quelques erreurs communément repérées dans d'autres tirages avec celui-ci de 1788, nous avons :

- La lettre XVIII est datée du 22 août 17.. (diffère de A qui est daté du 20).
- La lettre XXI est datée du 5 août (diffère des premiers tirages A, B, C).
- La lettre XXIII est bien datée du 21 août comme dans A.
- La lettre LI est datée du 9 août (au lieu du 2 septembre pour les premières éditions de 1782).
- Dans la note de la lettre VII, il est écrit "des autres Acteurs"
- La dernière lettre (CLXXV) est pas datée du 14 janvier (contrairement au tirage A qui n'est pas daté).

      Alors que les éditions A, B, C, D décritent par Max Brun comportent 978 pages, l'édition E, 976, l'édition F, 975, l'édition G, 770, l'édition de 1784 n'en contient que 767 (199 + 188 + 175 + 208). Celle-ci, encore plus ramassée, n'en contient que 622.

Conclusion :

      L'édition portant le millésime de 1788 est de format in-12 (environ 180 mm) et est très éloignée de toutes les éditions de 1782 décrites par Max Brun.

      Cette édition a-t-elle été donnée par Durand Neveu ou s'agit-il d'une contrefaçon ? Nous ne savons pas. Une comparaison minutieuse des ornements permettrait sans doute de se faire une idée.

      La même année 1788 parait également en 4 tomes une édition des Liaisons dangereuses augmentée d'une correspondance de l'auteur avec Madame Riccoboni, avec d'autres pièces (la pagination : 1 ff (titre), 52pp (xji puis 17 à 52) ; 1 ff (titre), 134 pp; 1 ff (titre), 136 pp; 1 ff (titre), 132 pp et 147 pp. est encore différente. Les exemplaires datés 1788 selon notre description semblent peu communs. Le Catalogue Collectif des Bibliothèques de France en conserve peut-être un exemplaire (mais sans pagination détaillée ce qui ne nous permet pas d'être affirmatifs sur le fait qu'il s'agit de la même édition).

      Il faut donc se résoudre à penser qu'il existe des dizaines de tirages des Liaisons dangereuses parus entre 1782 et 1788, sur un même modèle (4 partie in-12 ou petit in-12 avec disposition identique ou quasi identique des pages de titre). Max Brun ne s'est attaché qu'au millésime 1782 et aux millésimes particuliers (complètement différents) de 1787, 1792 et 1796. Une nouvelle édition regroupant l'ensemble des tirages parus jusqu’à la fin du XVIIIe siècle serait à entreprendre.

Bertrand Hugonnard-Roche


Annexe - Petits ornements de l'édition portant le millésime 1788 décrite ci-dessus.







3 commentaires:

martin a dit…

publiées pour //

5ème ligne des parties 3 et 4?

martin a dit…

... à la //
Sagesse ...

martin a dit…

Par M. C...... ou M. C.......?

Bon, assez.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...