samedi 15 septembre 2012

Claude Harcourt relieur décorateur inconnu ? (1924) Spécimen de reliure avec cuirs incisés et teintés. Inconnu à Fléty !

Plat supérieur - cuir incisé de Claude Harcourt, 1924
Dimensions du cuir incisé 205 x 120 mm.


Tout le monde ou presque ici connait Charles Meunier (1866-1946), relieur d'art et décorateur de reliures de premier ordre qui officia dès la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 20. Tout le monde ou presque sait qu'il s'était fait un nom dans la reliure grâce à la qualité de ses reliures et à leur fini, mais surtout pour une mode que lui-même avec quelques autres avait contribué à faire naître, à enrichir et à développer jusqu'à son plus haut degré de perfection : je veux parler des cuirs incisés, teintés ou peints. Technique particulière s'il en est, au rendu parfois surprenant, bien différente de la technique dite des reliures mosaïquées (cuir incrusté à la façon des vitraux). Les cuirs incisés, voire pyrogravés (décorés, modelés à la chaleur d'un fer tout comme pour le bois), ont progressivement recouvert les plus beaux spécimens de reliures d'art de la bibliophilie contemporaine des années 1880 à 1920. Ces reliures, assez coûteuses on s'en doute, ne sont aujourd'hui que quelques centaines à représenter ce style. On sait par exemple que Marius Michel fils et Meunier ont habillé les plus beaux spécimens imprimés sur chine ou sur japon des Quatre fils Aymon, (Paris, H. Launette, 1883).

Nous avions parlé dans les colonnes du Bibliomane moderne d'un exemplaire exceptionnel des Oeuvres de Victor Hugo (Paris, Testard, 1885-1895, 45 vol. in-4) entièrement relié et décoré par Ch. Meunier de somptueux cuirs incisés (série estimée 35.000 / 50.000 euros et finalement vendue le 7 avril 2011 pour la somme de 163.490 euros avec les frais). Vous pouvez relire le billet qui avait été consacré à cette série ICI.

Mais ce n'est pas de Charles Meunier dont nous allons parler aujourd'hui. Meunier connait la gloire posthume, ce n'est hélas pas le cas de tout le monde. Sans doute la mérite-t-il, par contre, peut-on croire que ceux qui ne la connaissent pas ne le méritait pas tout autant ? Vaste débat ...

Plat inférieur - cuir incisé de Claude Harcourt, 1924
Dimensions du cuir incisé 115 x 85 mm.
(les reflets blancs sur le maroquin du plat ne sont que des artéfacts dus au scanner)


Claude HARCOURT relieur et décorateur, ayant exécuté entièrement la reliure que vous allez voir ci-dessous, et qui après l'avoir signé en noir au bas de la doublure du second plat, la date 1924.

Que dit Féty ? (*) Rien ! De ma plus belle plume j'ai donc pris mon Fléty, ouvert à la page correspondante (p. 89) et entre HANIN et HARDY, j'ai glissé un astérisque qui renvoie en marge supérieure à cette nouvelle entrée :

HARCOURT Claude, relieur et décorateur de reliure dont nous ne savons rien si ce n'est qu'il exécuta une assez jolie reliure datée 1924. Cette reliure est un volume in-8 (23 x 15 cm), plein maroquin brun, dos à quatre nerfs sautés, le plat supérieur est recouvert presque sur toute sa surface d'un cuir incisé et teinté bordé d'un filet de maroquin vert (205 x 120 mm), le plat inférieur est orné au centre d'un cuir incisé et teinté bordé d'un filet de maroquin vert (115 x 85 mm). La doublure est bordée de maroquin de deux couleurs brun et vert, le centre est un tabis de soie rouge, tête du volume dorée. Au dos du volume, entre les nerfs formant caisson, a été posée une pièce de titre et une pièce pour le nom de l'auteur, le toute calligraphié à la main, cuir ciselé en creux. (**)


cuir incisé du premier plat uniquement


Voici donc un Fléty revu, corrigé et augmenté ! Je fais de même à chaque nouvelle découverte. C'est ainsi que j'ai ajouté également un certain E. FRAEULY relieur, vers 1860-1870.

On attend pourtant de pied ferme une nouvelle édition de ce Fléty vieillissant ... elle devait venir ... mais j'ai bien peur que la crise a eu raison de l'entreprise ... J'invite les amateurs d'histoires de relieurs à préférer les histoire topless des princesses de notre temps (ça se vend mieux ! quelque soit la langue ...).


cuir incisé du premier plat uniquement


Alors, plus sérieusement, qui était ce Claude HARCOURT relieur décorateur en 1924 ? Que vaut sa reliure ? Autant le dire tout de suite, on est assez loin de la qualité d'exécution de Charles Meunier ou de Marius Michel ! Si l'inspiration artistique est là, j'ai envie de dire que la main du relieur ne suit pas. En effet, je n'ai rien à redire sur la qualité des cuirs incisés (veau blond teinté), le dessin est assez probant, joli même, harmonieux et bien exécuté. Il n'en va pas de même, hélas, pour le fini de la reliure, du corps d'ouvrage. Les filets de maroquin vert incrustés, que ce soit autour des cuirs incisés ou dans les doublures, de même que le pourtour des plats, manquent de perfection (les découpes ne sont pas nettes, pas toujours droites, etc). Bre, en un mot, pour un oeil habitué au beau, ça manque de fini. Ce n'est pas impeccable. L'ensemble reste joli et harmonieux. On ne pendra pas Claude HARCOURT au gibet des massacreurs de livres ! (pas cette fois en tous les cas).

Avez-vous déjà croisé ce Claude HARCOURT dans les années 1920 ?

J'ai posé la question à la librairie Blaizot à Paris pour avoir l'avis de cette maison si justement reconnue dans l'histoire des relieurs d'art de cette époque. J'attends la réponse que je communiquerai le cas échéant.

Claude HARCOURT était-il un amateur ? un relieur reconnu ? un quidam qui s'est essayé une seule fois à la reliure, celle-ci ?

A vous la parole !

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

(*) Dictionnaire des relieurs français ayant exercé de 1800 à nos jours. Editions Technorama, 1988.

(**) Cette reliure est sur : La volupté romaine par Ferdinand Bac, orné de cent illustrations en couleurs par l'auteur. Paris, Louis Conard, 1922. 1 vol. in-8. 1 des 16 ex. sur grand vélin (avec 84 ex. vélin du Marais et 200 vélin fin). Exemplaire accompagné d'un dessin original et de deux lettres autographes de l'auteur.

5 commentaires:

Olivier a dit…

Fléty a-t-il vocation à être exhaustif/encyclopédique ou a-t-il fait (et justifié) des choix? N'ayant jamais croisé le livre, je me posais la question.
En passant, parle-t-il d'un Le Couturier à Rennes?

Quant à la reliure en cause, j'ai déjà dit que je n'étais pas fan de Meunier, alors...

Bonne soirée,
Olivier

Daniel a dit…

Cela me rappelle des reliures de Louis Dézé qui lui aussi faisait de superbes plats de cuirs incisés et dont le fini des reliures était correct sans plus. Il monogrammait d'un imperceptible LD, si par hasard cette reliure avait été faite à quatre mains.?

Daniel B.

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

La Librairie Blaizot n'a trouvé aucune trace dans ses archives d'un quelconque Claude Harcourt à cette époque ...

A suivre donc ...

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

et si c'était une femme ?...

Lauverjat a dit…

Le "Dictionnaire des relieurs français ayant exercé de 1800 à nos jours" alias "Fléty", avait pour ambition l'exhaustivité mais "nous avons néanmoins conscience que des omissions peuvent subsister..." disait il dans sa préface en 1988.
Pas de Le Couturier à Rennes par exemple...

Lauverjat

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...