mercredi 22 juin 2016

Une cosmographie au XVIe siècle : impression vénitienne.


POMPILIO AZALI

LIBER Pompilij Azali Placentini DE OMNIBUS REBUS NATURALIBUS quae continentur in mundo videlicet. Coelestibus et terrestribus necnon mathematicis. Et de angelis motoribus quae coelorum.

Venetijs  apud Octauianum Scotum D. Amadei, 1544
In-Folio, 2, 142, 1

Numérotation par feuillet avec de nombreuses erreurs : omissions, décalages, redoublement mais sans aucun manque, le livre étant d'ailleurs dans un bel état de fraîcheur.
La couvrure en plein vélin est probablement un emboîtage ultérieur.

Rare traité de Cosmographie et Géographie d'un auteur de la Renaissance. Il décrit les quatre éléments, les parties du monde, les corps célestes, etc.
Illustré de plus de 80 bois dont une carte du monde, sans localisation claire de l'Amérique

¶ Thorndyke (History of Magical and experimental science IV, 150-7) affirme que cet ouvrage doit être attribué à  Giovanni Fontana.



GIOVANNI FONTANA est peu connu, bien que, né à Venise dans les années 1390 et médecin de formation, il se soit illustré dans des domaines très variés : la philosophie naturelle aristotélicienne, l’hydraulique, les machines de toute sorte et les appareillages militaires, la pyrotechnie, l'arpentage, la mesure des distances et des temps au moyen de sondes à fusées et d’horloges.
Il étudia à l’université de Padoue et obtint son doctorat en médecine en 1421. Il séjourna longtemps à Udine comme médecin municipal. Il effectua des voyages hors d’Italie : en Europe du Nord, dans une région habitée par des Sarrasins, en Crète.
Ses écrits n’ont pas connu une diffusion très importante. Le Liber de omnibus rebus naturalibus, n’est conservé que par cette édition de 1544 sous le nom d'un personnage nommé Pompilius Azalus et qui ne donne pas le nom du véritable auteur. Cet ouvrage présente certaines particularités qui ne sont pas sans rappeler la Margarita Philosophica de Gregorius Reisch.
Fontana est un aristotélicien passionné par les secrets de la nature qu’il expose parfois de façon cryptée et son goût pour des travaux pouvant encourir l’accusation de magie dut  le desservir. Il raconte qu’il fabriqua une figure de diable remplie de poudre : placée dans un récipient plein d’eau, la figure s’agitait en lançant des cris et en laissant échapper des feux. Ces expériences sur des engins utilisant la poudre sont aussi décrites dans son autre traité Liber bellicorum instrumentorum : elles se passaient dans sa cellule monacale... 
Cependant, dans le Liber de omnibus rebus naturalibus, Fontana se défend d’être dans l’erreur selon les vues de la théologie. La publication sous un autre nom était peut-être une précaution  supplémentaire de  l'auteur pour éviter les foudres de l'Eglise.

Les passages touchant l’image du monde et la cartographie se trouvent dans les Livres III  et IV.
La méthode de Fontana, comme il le souligne, est fondée sur l’association de l’expérience et de la réflexion, ce qui l’oppose aux opinions des théologiens. Ainsi, il prouve le caractère tempéré et l’occupation effective de l’équateur terrestre, en se référant à des récits de voyageurs et aussi pour des raisons astronomiques. Il recourt fréquemment à ses propres observations, par exemple à propos des marées plus marquées à Venise après l’agrandissement de l’entrée du port.
Pour lui, l’expérience est seule à même d'apporter la connaissance aux illettrés dépourvus de science, comme les bergers, les paysans, les pécheurs et les marins. Parmi les données qui suscitent son intérêt : la navigation et les choses de la mer, ce qui est naturel pour un citoyen de Venise.

Fontana est un témoin de l'accueil fait à la Géographie de Ptolémée dans les milieux vénitiens et la représentation géographique est un des éléments intéressants du Liber.
Il est rare que dans les ouvrages de philosophie naturelle la cartographie soit évoquée.  L'auteur distingue plusieurs pratiques : les cartes marines et les cartes régionales qui sont trop partielles ; d’autres montrent des choses superflues, telles que le purgatoire, le séjour des démons et le domaine des bêtes sauvages ; certaines se bornent à représenter les principales parties habitées, laissant de côté l’Extrême-Orient et la zone torride ; d’autres enfin ne donnent que des noms de lieux.
La particularité de Ptolémée est d’approcher davantage la vérité mais Fontana ne lui reconnaît pas une supériorité réelle. Il le juge plus réaliste parce qu’il situe exactement les parties de la terre par rapport au ciel, mais les autres types de cartographie ne sont pas pour autant écartés.
Fontana met aussi en œuvre des données provenant de cartes marines et de textes descriptifs, comme le récit de Marco Polo ou le livre de Jean de Mandeville. Il corrige et complète Ptolémée en niant la fermeture de l’océan Indien et en ajoutant cinq zones de climats vers le nord et vers le sud au-delà de l’équateur. Il suppose une extension de l’occupation de la terre,  justifiée par l'accroissement démographique ou par des événements telluriques et politiques.

Fontana considère les cartes comme des outils adaptés à leur fonction pratique. Il est conscient du caractère conventionnel des représentations à des fins spécifiques et qui ne sauraient prétendre à  une copie de la réalité.
L’image du monde de Giovanni Fontana est composite, ses développements portent sur l’habitabilité de la terre, ses parties effectivement habitées, le paradis terrestre et les antipodes.
Il se borne à présenter les zones climatiques. Les causes de l’inhabitabilité relèvent soit des conditions excessives de l’air en chaleur et froid, en humidité et sécheresse, soit d’obstacles : zones montagneuses ou infestées de bêtes sauvages et d’insectes. Il existe donc des lieux peu ou mal habités ou d’habitabilité variable - exemple la transhumance.
Quant au paradis terrestre, la Genèse le situe sur terre à l’orient, rendu inaccessible par un chérubin armé d’un glaive de feu. Son inaccessibilité était justifiée au Moyen Âge par sa très grande altitude atteignant le cercle de la lune et par une situation insulaire. Ce que nie Fontana : le ciel à proximité de la lune, épais et chauffé par la partie supérieure de l’air, empêche la vie ; nos premiers parents sont arrivés par terre,  non volando, non natando, non per navem, nec per pontem, sed propriis pedibus. Il cite Pierre Comestor, Pierre Lombard, Saint Augustin et Jean de Mandeville qui a aurait eu le privilège d’approcher au plus près du paradis.
Sur le point de savoir s’il existe dans la partie méridionale de l’hémisphère oriental une terre ferme habitée comme dans la partie septentrionale de notre hémisphère, il fait preuve d’une grande prudence en assurant que, s’il se trompe, il se soumettra à la vérité : contredire les textes bibliques n'était pas sans risque !





Parmi les nombreuses gravures xylographiques illustrant le texte, on trouve des représentations cosmologiques, des descriptions mathématiques de la sphère et de ces divers éléments.

Le modèle du monde est toujours géocentrique : nous sommes en 1544, un an après la mort de Copernic et vingt ans avant la naissance de Galilée !


On trouve des interprétations imagées mais très correctes des éclipses de lune et de soleil ; par contre le modèle simpliste du mouvement d'une planète sur son épicycle est fort approximatif.


La gravure la plus remarquable est une représentation cartographique du monde connu ; bien que les voyages de Christophe Colomb remontent déjà à plus de cinquante années, il faut beaucoup d'imagination pour voir dans la ligne située à l'extrême gauche, une représentation du nouveau continent. La circumnavigation de l'expédition de Magellan ne s'est cependant achevée qu'en 1522 et le récit de ce voyage par un des membres de l'expédition - Antonio Pigafetta - n'a été publié pour la première fois qu'en 1800...

Dans le texte l'auteur ne fait qu'une brève allusion à l'existence de régions habitées dans l'extrême ouest de l'océan au-delà des Canaries et qu'on supposait être les antipodes.
"D'autre part, en occident aux extrémités de la terre, le plus à l'ouest qu'il soit , au-delà des îles Fortunées, Canaria ou Casperia, des navigateurs qui ont atteint la plus grande longitude dans cet  océan, rapportent qu'il est possible que des hommes y existent et qu'il s'agisse des antipodes, ce qui paraît juste."   

Le planisphère de Waldseemüller (1507) était déjà beaucoup plus explicite :on y lit le mot AMERICA (de Amerigo Vespucci) sur la représentation de l'Amérique du sud.
Internet n'existait pas à l'époque et les connaissances se propageaient bien plus lentement qu'aujourd'hui ; le Père Mersenne et Fabri de Peiresc ne sont nés que 40 ans plus tard.

Ce livre mériterait sans doute une étude plus approfondie mais je n'ai pas le courage ni surtout les connaissances pour entreprendre un tel travail.               


René de BLC

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Cette carte (dans laquelle la Bretagne a déjà fait son Brexit semble-t-il) est un vrai Americana. Merci René !
Textor

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...