vendredi 21 février 2014

Petit jeu grivois pour bibliophile ...



E ... 

Vous avez 4 lignes pour écrire ce que vous suggère cette scène qui ne laissera indifférent aucun bibliophile quelque peu empreint de sensibilité féminolâtre et bouquinière ... Laissez vaquer votre imagination et publiez en commentaire ces quelques lignes inspirées ... (il faut impérativement que le texte commence par la lettre E sinon ... disqualifié)

Bonnes vacances de février à toutes et à tous,

Amtiés,
Bertrand

9 commentaires:

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

Environ dix-huit mois après que Jacquette de Chamarande eut épousé par inclination le chevalier de Fontcombes, elle s'ennuya près de son mari.

Anonyme a dit…

Esmeralda ma chère merveille, sur mon ame je ne ments pas, quand je vous dis que vos appats, font que jamais je ne sommeille ; que si malgrè tous mes propos,témoins de mon peu de repos, vous croyez que je dissimule, couchez cette nuit avec moi, et vous verrez belle incrédule, comme je suis digne de foi.

Pierre a dit…

Évidemment, peu d’illustrateurs, sans doute, ont aimé les femmes autant que Paul Bécat, leur chair blanche, leur bouche, leurs jambes… Aucune limite n’était, pour lui, concevable. Il semble qu’il ne pouvait pas s’arrêter de représenter l’amour, l’amour physique. Et c’est tant mieux car il le faisait bien ! Pierre

Damien Gonnessat a dit…

Eſtant tout ſouſpir à genoux,
& je ne cherche que le chat,
Soyez m’amie & ſoyez vous :
Un fol dæmon nous eſtreindra.

Anonyme a dit…


Effeuillez-vous le haut,
J'effleurerai vos bas !
Feuilletez donc les mots
Préludant aux ébats !

Votre peau maroquine
A l'odeur capiteuse
De ces pages huileuses
Emplies d'amours coquines !

Oh! je vendrai Durus,
Bauzonnets et Derômes
Contre le seul arôme
D'un incunable cul,

Votre cul d'apparat,
Tout beau et rubicond,
Antichambre d'un con
Au mille et un carats !

Mais trêve de débats.
Refermez-moi ce livre
Qui de mots nous enivre.
Le haut ne suffit pas :

- Effeuillez donc le bas !



Parrhésios

Anonyme a dit…

Le jupon lieur

Elle domine le globe, les hommes sont à genoux,
Et ses fines dentelles font chuter les puissants.
L'hormone les dirige cette bande de glands, en scooter, en avion ils lui rendent visite,
Mais un jour c'est la fuite, et la chute fatale.

L'élection s'est perdue sous le jupon rieur.

Camille MM a dit…

Est-ce que seulement vous me pardonnerez d'abuser de la photographie pour tenter de représenter de la manière la plus fidèle mais malheureusement pas toujours très inspirée les charmes féminins ? Paul Bécat - illustrateur érotique un peu laborieux.

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

Camille je sens que vous n'aimez pas Bécat ! :-D

B.

Frédéric a dit…

Est-ce que l'attirante chair que protège ce doux bas saura me rassasier autant que le littéraire contenu de ces douces reliures ?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...