vendredi 11 octobre 2013

Vos plus beaux frontispices .... A vous de faire votre choix !



Mon choix (Bibliomane moderne)

Frontispice original par Manuel Orazi pour H. Willette, Le Livre d'Or de Renée Vivien,
Le Livre d'Or, Paris, 1927


Oui oh ! je sais ce que vous allez me dire : Il revient déjà ! Eh bien non, pas vraiment. Juste une idée qui germe comme ça dans mon esprit bouillonnant et puis hop ! Je publie. Je partage. Je suis comme ça.
Donc, résumons, j'aime les frontispices. Pas vous ?
Je publie LE frontispice qui me fait craquer (je pourrais en citer des dizaines et des dizaines d'autres de toutes époques), mais je choisis celui-là (ci-dessus). Et vous si vous ne deviez en choisir qu'un seul ? Lequel choisiriez-vous ? Je vous propose de m'envoyer sur mon mail librairie-alise@wanadoo.fr LE frontispice que vous aurez sélectionné et je me charge de l'ajouter à ce billet participatif.
J'espère que vous serez nombreux à nous faire partager vos goûts. Il n'y aucune limite de date ou de thème, le choix est donc vaste !

A vos claviers ! J'attends votre mail avec impatience !

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne (pas encore tout à fait mort)

PS : avec l'image que vous m'envoyez, indiquez le ou les artistes ainsi que le livre dans lequel se trouve le frontispice (auteur, titre, lieu d'édition, éditeur, date).


Vos frontispices


Gravé par Eugène Varin (1831-1911), d'après Alfred Delauney (1830-1894).

Frontispice pour la Bibliographie iconographique des petits formats du XVIIIe siècle,
par Eugène Deullin (1827-1897), jamais publiée.

Publié pour la première fois, en frontispice, dans Cazin, l'éponyme galvaudé (Paris, L'Hexaèdre, 2012), par J.-P. Fontaine.





Frontispice par J. Gradassi, dans "remorques" de Roger Vercel,
collection "pastels", éditions du panthéon, 1950.



Frontispice des Grâces, de Meusnier de Querlon, à Paris, chez Prault, 1769,
dessiné par Boucher et gravé par Simonet.



Frontispice et son explication, de Félicien Rops pour les épaves
de Charles Baudelaire.
Amsterdam , A l'enseigne du coq  1866.
et Bruxelles, chez tous les libraires 1874.





Frontispice de The Anatomy of MelancholyDemocritus Junior [Robert Burton], Oxford, Printed for Henry Cripps, 1628, gravé par Christian Le Blon pour cette troisième édition.
L'E.O. date de 1621, sans frontispice.


D'ailleurs, l'édition française, chez José Corti, utilisera le frontispice pour servir de couverture aux deux volumes de l'époustouflante traduction de Bernard Hœpffner.





Frontispice dessiné et gravé par Jakob van der Schley, pour le livre de Prosper Marchand « Histoire de l’origine et des premiers progrès de l’imprimerie » Éditeur: Pierre Paupie à La Haye, 1740.
 Il s’intitule : «  l’imprimerie descendant des cieux est accordée par Minerve et Mercure à l’Allemagne qui la présente à la Hollande, à l’Angleterre, l’Italie et la France, les quatre premières Nations chés les quelles ce bel Art fut adopté. »


CLAUDEL : CONNAISSANCE  DE L'EST  - Editions GONIN -1930 
Illustrations de Jean BERQUE


Louis Guillaume de La Follie
Le philosophe sans prétention, ou, L'homme rare : ouvrage physique, chymique, politique et moral, dédié aux savans
Clousier, 1775, 349 pages
Gravure : L.S. / C. Boissel



CARTOUX (Maurice). L’Odyssée de Maître Louis. Les Baux : [Chez l’artiste], 1958 - In-folio (290 × 430) - [14], 76 p., [3]. Tirage à 10 exemplaires sur montgolfier. Couverture à large encadrement noir (monogramme LJ en tête, monogramme MC en pied), titre en rouge : L'odyssée de Maître Louis, monogramme LJ en noir. Sur le deuxième plat, vignette noire (80 × 110). Deux feuillets blancs. Une page : Exemplaire № (c'est un secret) surmonté d’un dessin ; verso blanc. – Faux titre avec autoportrait (100 × 135) - Page de titre : Entre un bandeau et un cul-de-lampe noirs, titre rouge ; verso blanc. — Une page : Épigraphe ; verso blanc. - Préface (1 p.) encadrée.

16 commentaires:

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

Les "si" n'aiment pas les "rais"... Je sais, je sais, mais, moi aussi,je suis "comme ça".

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

si ... je pourrais (conditionnel), pourrai (futur) ;-)

B.

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

problème de musique : "même si" est inutile

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

choix de qui, le Gradassi ?

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

Le "même si" est en effet inutile. Je corrige. Pour le frontispice de Gradassi, je laisse l'anonymat des participants ... déjà si nombreux !! (ça fait peur d'ailleurs)

B.

Bertrand Hugonnard-Roche a dit…

Le frontispice pour les Epaves de Baudelaire, par Rops, est aussi un de mes frontispices fétiche.

B.

Textor a dit…

C'est vrai qu'ils sont beaux tout ceux-là.
Bon, mais à propos, c'est inventé quand le frontispice ? parce que cela fait trois jours que j'en cherche dans ma bibliothèque et je n'en trouve point !
T

Textor a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
calamar a dit…

Louis Jou, il fait peur...

calamar a dit…

"L'Imprimerie descendant des Cieux" est magnifique !

Textor a dit…

Merci Calamar. Je suis sur que le contributeur appréciera. :)
T

calamar a dit…

celui qui a donné le Louis Jou, ou l'Imprimerie ? (ou les deux, peut-être...)

Pierre a dit…

"L'Imprimerie descendant des Cieux" me plait particulièrement et j'apprécierais aussi tous les feuillets et la reliure qui vont avec... Pierre

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

Les premiers frontispices gravés sont apparus en Allemagne et en Italie dans le dernier quart du XVe siècle.

Textor a dit…

Merci Birémus ! Autrement dit les frontispices sont quasi-apparus avec les premiers livres à gravures.
Textor

Textor a dit…

Pierre, selon d'autres sources, l'imprimerie ne serait pas descendue des cieux mais serait une invention du Diable. En Russie, notamment, l'imprimerie a été peu diffusée avant le 18ème siècle et on fabriquait encore des manuscrits jusqu'à une date avancée.
Textor

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...