lundi 28 octobre 2013

Une lettre inédite de Léon Curmer. L’audace ne paie pas toujours !



Le hasard des ventes aux enchères vient de m’instituer heureux conservateur d’une lettre autographe de l’éditeur Léon Curmer (1801-1870).

Écrite en Italie au printemps 1861, cette missive fut envoyée au directeur de cabinet du ministre d’État (alors chargé de la Culture et des Beaux-arts) tandis que l’éditeur mettait fiévreusement la dernière main à sa publication des Heures d’Anne de Bretagne (le procès-verbal du tirage des 850 exemplaires sera signé par-devant notaire le 14 août suivant).

Intéressante, cette lettre l’est à plus d’un titre.

Elle confirme ce que nous savions déjà de Léon Curmer : un chercheur infatigable doublé d’un homme tenace jusqu’à l’opiniâtreté, qui poursuivait ses buts en cherchant courageusement - et avec intelligence - à vaincre les obstacles les plus imprévus.

Elle pose aussi une question cruciale : quelle est l’intention réelle de Léon Curmer lorsqu’il s’adresse au ministère d’État ? Il insiste (nous reviendrons sur ce terme) pour obtenir une mission… qu’apparemment il a déjà obtenue. Bizarre ! Il a déjà été missionné par le ministre, en faisant jouer des relations personnelles (deux sénateurs, dont l’un a l’oreille de l’Empereur), et même en obtenant le concours du Prince Napoléon, cousin du souverain. Mais bien qu’il ait déjà eu tout cela, il semble insatisfait… Alors, que veut-il vraiment ?

Il sollicite une mission destinée à rendre compte de ses travaux. Il souligne les obstacles qu’il a dû vaincre pour faire aboutir ses recherches italiennes durant un voyage long difficile et un peu précipité (j’ai à travers mille peines fait photographier & colorier les plus belles miniatures & les plus précieux ornemens). Il croit même nécessaire de se justifier (vous voyez (…) que ce n’est pas un voyage de pure fantaisie et que je suis en mesure de tenir la promesse que je faisais dans ma demande). On peut s’interroger : n’avait-il pas arraché cette autorisation plus qu’elle ne lui avait été consentie ?

Or quelque chose ne colle pas. De toute évidence, il n’est pas nécessaire de réclamer une mission pour envoyer un compte-rendu : l’une a logiquement précédé l’autre. Il faut donc relire la lette attentivement, et surtout considérer l’inscription apposée au crayon à papier par le chef de cabinet, après avoir recueilli l’avis de son ministre, en vue de répondre au requérant : on en arrive à la conclusion qu’en fait, sans le formuler très explicitement, Léon Curmer souhaite obtenir un appui officiel pour son imminente publication (je tiendrai à honneur (…) de faire cette publication à mes frais avec ce caractère semi officiel qui donnera un certain poids à mes paroles). Outre son honneur, il n’hésite pas à mettre en avant son désintéressement (je ne demande aucune retribution aucune rémuneration de quelque sorte qu’elle soit). Mais surtout, il précise la nécessité de cette accréditation : je n’ai pas la prétention d’être un savant... Malgré ses précautions oratoires (admirons l’astuce de l’expression semi officiel !) et son jeu habile sur l’ambiguïté du mot mission, il s’est trahi.


Ces précisions apportées, la demande apparaît moins incompréhensible qu’elle n’en a l’air de prime abord. En fait, sachant qu’il n’a pas l’autorité morale d’un homme de science, Léon Curmer cherche à y substituer un appui officiel (ou, plus exactement, à moitié officiel). Le commentaire inscrit au ministère affirme : rien ne s’oppose à ce que Monsieur Curmer rende compte de ses travaux à un ministre dont ils ressortent. C’est dans la logique des choses. Mais par contre, le j’insiste auprès de vous n’est absolument pas passé. Et je dois avouer que quand, loupe en mains, je déchiffrais les pattes de mouche du bon Léon et n’avais pas encore cerné ses motivations profondes, je me suis dit : il est bien audacieux d’utiliser un terme aussi impératif !

La réaction du ministre est éclairante. Ayant su lire entre les lignes, il a immédiatement compris qu’on cherche à obtenir de lui un service qui, bien qu’entrant dans ses attributions, pourrait lui coûter cher. Homme politique rompu à la nécessité d’une constante prudence, peut-être redoute-t-il qu’une appréciation publique par trop laudative de l’art italien, encouragée par le pouvoir en place, ne déclenche une polémique dont ces chauvins de Français ont le secret et l’habitude. L’exaltation des valeurs nationales, si chère à l’Empereur, s’en trouverait à coup sûr compromise, ce qui ne pourrait qu’avoir de fâcheuses conséquences (y compris - et sans doute avant tout… - sur son poste ministériel). De ce fait, il n’a pas jugé à propos de (…) devoir donner suite - ah ! qu’en termes galants ces choses-là sont mises ! - et ajoute, non sans sécheresse ni même une pointe de mépris perfide, qu’il y aurait peut-être des inconvenances à insister. Voilà, le mot est lâché ! L’insistance de Léon Curmer a paru inconvenante. Cet homme à la passion bouillonnante n’hésite pas à forcer le destin, tant il se sent (naïvement ?) persuadé de la légitimité de ses entreprises. S’il respecte le code de la politesse, en servant du Son Excellence à chaque paragraphe ou presque, il n’en ose pas moins insister. Or cela ne plaît pas du tout dans les cabinets et salons dorés ministériels de l’autoritaire Second Empire où les hommes de pouvoir, que leur fonction a gonflés d’infatuation, ne désirent qu’un respect scrupuleux des conventions sociales et n’apprécient rien tant que l’humilité, voire la soumission, mais sûrement pas l’audace. Flaubert puis le pauvre Baudelaire l’ont déjà appris à leurs dépens ! Un rappel aux convenances s’imposait…


Les éléments me manquent pour savoir comment ce refus - qu’on devine poliment entortillé - fut ressenti par Léon Curmer. Non sans amertume, comme on peut s’en douter. Cela n’empêcha toutefois ni la publication des superbes Heures d’Anne de Bretagne, ni leur éclatant et durable succès. Cet ouvrage est même devenu le prototype de nos fac-similés modernes de manuscrits enluminés. Il a fait date, et les collectionneurs d’aujourd’hui continuent de se le disputer. Le nom de Léon Curmer n’a pas sombré dans l’oubli ; tout du moins les bibliophiles honorent-ils et chérissent-ils toujours sa mémoire. Mais qui se souvient encore du ministre Walewski ?

Thierry COUTURE
10 août 2013


PRÉCISIONS BIOGRAPHIQUES


1) En 1852, Napoléon III avait institué un ministère d’État chargé de la politique de prestige de l'Empire, visant l'organisation de fêtes et de cérémonies. C’était un ministère à part entière, chargé des beaux-arts, des théâtres et des musées. Son titulaire avait pour nom ministre d’État. Du 23 novembre 1860 au 23 juin 1863, cette fonction fut assumée par Alexandre Florian Joseph, comte COLONNA WALEWSKI (1810-1868), fils naturel de Napoléon Ier et de la célèbre Marie Walewska.
C’est à son directeur de cabinet que s’adresse Léon Curmer.


2) Noël LEFEBVRE-DURUFLÉ (1792-1877) fut ministre de l’Agriculture en 1851, puis des Travaux publics en 1852. il quitta ce poste en juillet de la même année pour celui de sénateur, qu’il occupa activement jusqu’en 1870. Il était né à Pont-Audemer (Eure), où le grand-père paternel de Léon Curmer, Michel Curmer, avait vu le jour en mars 1743. N’y a-t-il là qu’une simple coïncidence ?


3) Louis Félicien Joseph Caignart de Saulcy, dit Félicien (ou Félix) de Saulcy (1807-1880), fut archéologue et numismate. L’empereur Napoléon III, dont il avait su gagner la confiance, le nomma sénateur en 1859. Il présida la commission de la Carte des Gaules en 1862.



4) Napoléon Jérôme BONAPARTE, dit le Prince Napoléon (1822-1891), était cousin germain paternel de l’empereur Napoléon III. On le surnommait familièrement Plon-Plon. Il incarnait les tendances les plus libérales du Second Empire. Il assuma plusieurs missions diplomatiques mais son cousin ne lui accorda jamais sa confiance. Il fut disgracié en 1865, à la suite d’un discours trop hardi prononcé en Corse. Après la mort prématurée du Prince impérial en 1879, il ne parvint pas à s’imposer comme chef de la Maison Bonaparte ; ce titre revint à son fils aîné, Victor (1862-1926).



Transcription de la lettre :

florence 26 avril 1861,


Monsieur Le Directeur,

Permettez moi cette courte lettre
à travers un voyage long difficile et un
peu précipité

J’ai demandé à Son Excellence avec l’appui
de Mrs Lefebvre Duruflé et de Saulcy, une
mission ayant pour but de rechercher les
manuscrits à miniatures qui sont en Italie,
j’avais pour motif [écrit par-dessus b(ut) ] surtout d’adresser à mon
retour à Son Excellence un rapport sur mes
recherches, elles ont été fructueuses, j’ai trouvé
à Turin le portrait authentique de l’auteur
inconnu des peintures du livre (d’) Heures
d’Anne de Bretagne, j’ai vu tous les manuscrits
de Turin Milan Venise Parme Bologne
florence Sienne et Rome j’ai à travers
mille peines fait photographier & colorier
…/…
les plus belles miniatures & les
plus précieux ornemens du Bréviaire
de Grimani des livres choraux de la
chartreuse de Pavie, de ceux de Sienne
des manuscrits du Vatican & des
Bibliothèques Barberini & Corsini
sans parler de beaucoup d’autres
renseignemens précieux pour l’histoire
de l’art.

Vous voyez Monsieur que ce n’est
pas un voyage de pure fantaisie
et que je suis en mesure de tenir la
promesse que je faisais dans ma
demande.

Ajoutez à cela que je n’ai pas
la prétention d’etre un savant que
je ne demande aucune retribution
aucune rémuneration de quelque
sorte qu’elle soit.

Je désire seulement être autorisé
…/…
par la mission que je sollicite
à rendre compte à Son Excellence
de mes recherches et de mes travaux.

Vous avez eu la bonté de me proposer
une recommandation de S. E le
Ministre des affaires etrangères,
j’ai eu tout cela et de plus une
mission spéciale du Prince Napoléon
Si j’insiste auprès de vous pour avoir
cette mission c’est que c’est à Son
Excellence que mon rapport va
de droit et que je tiendrai à honneur
si vous trouvez qu’il vaille la peine d’etre
publié, de faire cette publication à
mes frais avec ce caractère semi
officiel qui donnera un certain
poids à mes paroles

Si Son Excellence daigne
m’honorer d’une réponse favorable
…/…
je vous prie de la faire remettre
Rue de Richelieu 47 ou je la
trouverai à mon retour

Veuillez agréer Monsieur
Le Directeur l’hommage
de mes sentimens respectueux


L Curmer


Écrit au crayon à papier, en travers de la première page, par le directeur de cabinet du Ministre d’État :

Rien ne s’oppose à ce que
M Curmer adresse un rapport
sur ses travaux en Italie au Ministre
d’Etat, qui par les attributions qui lui
sont conférées est le plus en situation
de recevoir des communications
semblables – quant à la lettre que
demande M Curmer le Ministre
n’a pas jugé à propos de le devoir
et il y aurait peut etre des inconvenances
à insister auprès de lui.



Nous rappelons les autres billets donnés ici même par M. Thierry Couture au sujet de Léon Curmer : ICI et ICI. Il y en a encore d'autres sur Léon Curmer, vous les trouverez en cliquant ICI.

Bonne journée,
Bertrand

4 commentaires:

Textor a dit…

Amusante missive qui donne un éclairage intéressant sur le personnage.
On se demande juste comment cette lettre qui devrait être aux archives, puisque venant d'un ministère, a pu atterrir dans une salle des ventes.
Textor

Anonyme a dit…

Je me suis posé la même question. Ce ministère a disparu avec le Second Empire. Son bâtiment a-t-il été pillé durant la "Semaine sanglante" de mai 1871 ? Un employé indélicat s'était-il constitué frauduleusement une collection d'autographes de personnalités en vue ? Cette lettre garde ses mystères... Thierry COUTURE

Anonyme a dit…

Je n'ai pu lever l'interrogation que suscite l'affirmation : "J’ai trouvé à Turin le portrait authentique de l’auteur inconnu des peintures du livre (d’) Heures
d’Anne de Bretagne".
Léon Curmer ne l'a pas reprise dans son volume de commentaire. Un "savant" (pour reprendre son expression) l'aura-t-il convaincu que cette piste était douteuse, voire fausse ? Ignorant que le manuscrit fût illustré par Jean Bourdichon, la critique de l'époque voyait dans ses peintures la main de Jean Poyet.
Notons la contradiction entre le portrait "authentique" et un auteur "inconnu". J'aimerais pouvoir faire tourner les tables et interroger sur ce point l'esprit de Léon Curmer... Le calendrier s'y prête !
Thierry COUTURE

Textor a dit…

C'est sur ! trouver le portrait authentique d'un auteur inconnu, pas facile ! Sachant que tous les auteurs inconnus ne se ressemblent pas ... :)
Textor

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...