lundi 11 janvier 2016

Moment de lecture, Un provincial à Paris en 1789 : "Acheter un livre très cher, le déposer dans sa bibliothèque, ne jamais l'ouvrir, rien d'aussi commun (...)"


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6385989j 

Photographie Bnf, Gallica,
consultez l'exemplaire numérisé en cliquant sur l'image ci-dessus 


On ouvre souvent un livre au hasard, le soir tard, parce que le sommeil ne vient pas, parce qu'on se pose la question de savoir ce qu'on sera demain. (1)

Hier soir, c'est à la page 79 d'un ouvrage intitulé : "Un provincial à Paris, pendant une partie de l'année 1789." qui a retenu mon attention. Livre édité à Strasbourg, par l'imprimerie de la société typographique, avec les caractères de Jacob, et qui se trouve à Paris chez La Villette, libraire à l'hôtel des Bouthillers, rue des Poitevins. Curieusement publié sans date (1790 d'après les bibliographies consultées). C'est un in-8 de 258 pages avec un errata d'une page à la fin. Présenté sous forme de lettres 37 lettres qui traitent de divers sujets d'actualité (révolution, cour, esprit, Paris, etc). Elles sont fort bien écrites.

Voici donc le passage sur lequel je suis tombé, les yeux fatigués :

"(...) Acheter un livre très cher, le déposer dans sa bibliothèque, ne jamais l'ouvrir, rien d'aussi commun : cependant l'amour propre prétend juger, veut assigner à tout écrivain quel rang lui appartient : le satisfaire, sans contrarier la paresse, devient assez difficile. Des lecteurs attitrés, véritables trompettes de renommée, courent chez les libraires, y lisent l'ouvrage du jour, viennent ensuite dîner dans un hôtel, rendent des comptes faits avec quelques talents, ont l'attention de présenter tantôt l'éloge, tantôt la critique, suivant que l'auteur et ses productions plaisent ou déplaisent à des auditeurs dont ils désirent avant tout les suffrages. Le voyage d'Anarcharsis paraîtra aux yeux de la postérité, comme un superbe obélisque élevé parmi des munuments sans nombre, de plusieurs desquels se distingueront à peine quelques faibles débris. Au génie soutenu par l'érudition, embelli par la magie du style, appartient de droit l'admiration de ses contemporains, encore plus celle des siècles à venir, chez lesquels la jalousie ne parvient pas. Je suis donc loin de blâmer les pompeux éloges prodigués par le public, mais j'observerai que plusieurs femmes disaient de cet ouvrage des choses merveilleuses ; avant d'avoir eu le temps de jeter les yeux sur le premier chapitre.

Me voici bien revenu de l'usage, scrupuleusement observé par les écrivains, d'offrir de beaux exemplaires à leurs prétendus protecteurs, à leurs puissants amis. Ce n'est pas sans quelque confusion que j'ai vu presque tous mes présents languir sur des chiffonnières, aussi intacts qu'à l'instant où ils étaient arrivés, pas même l'attention de les couper.

Divers compliments, presque tous assez baroques, m'ont paru peu encourageant. Pourquoi écrire l'histoire ? Il n'y a de supportable que les livres d'imagination, dit hautement le vicomte de * *. Le baron de * * * s'écrie : "Le superbe papier ! les beaux caractères !", tandis que la marquise de * * *, plus fine, répète avec complaisance : "Ah, monsieur ! vos Carthaginois ne m'ont pas échappé ; je les reconnais pour ce qu'ils sont ; j'y vois certaines gens ; j'y découvre certaines aventures du jour, même de mon quartier ; vraiment rien de plus délicieux." Le duc de * * * reçoit avec cette apostrophe : Il faut, ma foi, bien du temps de reste pour composer des livres. Si la rage d'écrire l'histoire vous poursuit, entreprenez celle de mes ancêtres ; c'étaient autant de héros. Les positions ont bien changé." - Elles seules font donc les hommes. Adieu." (fin de la lettre XI).

Passage qui sert à la fois d'argument à nos auteurs insignifiants et au bibliomane qui vit en chacun de nous.

L'auteur de cet ouvrage est M. Anne-Henri Cabet de Dampmartin.


Amitiés dominicales,
Bertrand Bibliomane moderne


(1) Cet article a été rédigé initialement en 2009 et alors jamais publié. Il était resté à l'état de brouillon. La chose est réparée.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...