mardi 19 juin 2018

Pierre-Joseph Proudhon photographié sur son lit de mort par Etienne Carjat (19 janvier 1865).



Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), photographié par Etienne Carjat sur son lit de mort
le 19 janvier 1865, à Paris, dans la maison du 12 Rue de Passy (Paris, XVIe).


Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), les yeux clos, la sueur au front et les cheveux mouillés encore perceptibles à plus de 150 années de distance, sur son lit de mort au n°12 de la rue de Passy à Paris (XVIe arr.), photographié le 19 janvier 1865 par Etienne Carjat. Tirage albuminé contrecollé sur carton 106 x 62 mm. Gustave Courbet, ami de Proudhon et de Carjat, rate cet instant où la vie s'éteint sous nos yeux. Courbet fera peu de temps après une estampe à partir de cette photographie. Quelques heures avant son décès, ses amis libertaires réunis autour de lui se voyaient confier ses précieux manuscrits. Ses obsèques eurent lieu le lendemain 20 janvier. Deux jours après, le 22 janvier 1865, Émile de Girardin (directeur du journal La Presse) fait remarquer que Proudhon était mort de l’incapacité où il avait été mis d’exercer son robuste talent de polémiste. Son influence fut considérable sur les ouvriers qui fondèrent l’Internationale en France. Elle s’exerce encore, directement ou indirectement, sur le mouvement ouvrier français.

« Être gouverné, c'est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, réglementé, parqué, endoctriné, prêché, contrôlé, estimé, apprécié, censuré, commandé, par des êtres qui n'ont ni le titre, ni la science, ni la vertu... Être gouverné, c'est être, à chaque opération, à chaque transaction, à chaque mouvement, noté, enregistré, recensé, tarifé, timbré, toisé, coté, cotisé, patenté, licencié, autorisé, apostillé, admonesté, empêché, réformé, redressé, corrigé. C'est, sous prétexte d'utilité publique, et au nom de l'intérêt général, être mis à contribution, exercé, rançonné, exploité, monopolisé, concussionné, pressuré, mystifié, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, houspillé, assommé, désarmé, garrotté, emprisonné, fusillé, mitraillé, jugé, condamné, déporté, sacrifié, vendu, trahi, et pour comble, joué, berné, outragé, déshonoré. Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! Et dire qu'il y a parmi nous des démocrates qui prétendent que le gouvernement a du bon ; des socialistes qui soutiennent, au nom de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, cette ignominie ; des prolétaires, qui posent leur candidature à la présidence de la république ! Hypocrisie ! »

Pierre-Joseph Proudhon (extrait de l'Idée générale de la Révolution au dix-neuvième siècle, Garnier frères, 1851).



Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...